L’âme du mal de Maxime Chattam

Résumé: Pas plus que sa jeune acolyte, le profileur Brolin ne pense que les serial killers reviennent d’outre-tombe. Fût-il le bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d’une secte? Pure sauvagerie ou magie noire?
Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu’on lui a enseigné. S’immerger complètement dans la psychologie d’un monstre, le comprendre afin de prévoir ses crimes, devenir son double, tels sont les moindres risques de son métier. Peut-on impunément prêter son âme au mal?

Biographie de l’auteur: Maxime Chattam et Maxime Williams sont des pseudonymes de Maxime Guy Sylvain Drouot1, romancier français, né le 19 février 1976 à Herblay dans le Val-d’Oise, qui, suite à des études en criminologie, s’est spécialisé dans le roman policier.
Très vite, il se fascine pour les romans policiers mais, conscient des connaissances qu’il faut avoir pour ce genre d’écrits, il suit une formation en criminologie pendant un an à l’université de Saint-Denis. Durant cette année, il apprend les rudiments de la psychologie criminelle, de la police technique et scientifique et de la médecine légale.
Début 2000, il s’attelle à la rédaction de L’Âme du mal qu’il achève à l’automne 2001 et qui est publié en 2002 par Michel Lafon. Suivent In Tenebris et Maléfices.

Il présente L’Âme du mal à Michel Lafon, un éditeur orienté exclusivement vers les thrillers américains. Cet éditeur décide de miser sur lui. Signé du pseudonyme de Chattam, en référence à une petite ville de Louisiane, le livre crée la surprise et conquiert rapidement un public. Des critiques saluent ce jeune auteur français qui, pour eux, renouvelle de façon spectaculaire le genre, rompt avec la tradition du polar à la française.

L’Âme du mal raconte l’enquête menée par Joshua Brolin, transfuge du FBI au sein de la police de Portland en Oregon, aidé d’une jeune étudiante en psychologie. Un tueur abattu semble avoir ressuscité, mutilant ses victimes de manière rituelle, laissant des indices issus de la Bible Noire. Grâce à ce premier roman, Maxime Chattam convainc son éditeur de le laisser vivre de sa plume. Il désire écrire une trilogie sur le mal, dans laquelle le personnage de Brolin serait le fil conducteur. Plus abouti, le deuxième volet, In Tenebris (2003), plonge le lecteur dans les ténèbres de New York. Une femme retrouvée scalpée et traumatisée soutient qu’elle revient de l’Enfer. Aidée de Joshua Brolin qui a démissionné de la police, l’officier Annabel O’Donnel mène l’enquête. Mais devant la multiplication des crimes, ils abandonnent vite la simple piste d’un tueur en série : le tueur n’agit pas seul. Dans Maléfices (2004), Brolin et O’Donnel se trouvent confrontés à un serial killer qui momifie ses victimes dans de la soie d’araignée. À travers ces trois livres qui peuvent se lire séparément et qui fournissent trois définitions du tueur en série, Maxime Chattam a souhaité traiter le thème du mal du point de vue le plus réaliste. Quand L’Âme du mal évoque le rôle de la famille dans la genèse du monstre, In Tenebris, lui, met en avant la société de consommation. Avec Maléfices qui constitue une fin d’histoire, renaît une certaine forme d’espoir.
Chaque tome de la trilogie représente une saison. L’automne pour L’Âme du mal, l’hiver pour In Tenebris et enfin le printemps avec Maléfices comme dans la vie du héros de la série, Joshua Brolin.
Maxime Chattam est membre du collectif d’artistes La Ligue de l’Imaginaire.

Mon avis: Tout m’a plu dans ce livre, la personnalité de l’inspecteur Joshua Brolin est vraiment intéressante déjà par le fait qu’il a une formation complète du FBI et qu’il se retrouve inspecteur de police à Portland, ensuite par sa capacité à se mettre dans la peau du tueur qui je dois l’avouer est un peu flippante !! Juliette, une des « victimes » est une battante, qui ne se laisse pas démonter même quand elle sait qu’elle est danger et que son monde s’écroule autour d’elle!! On est très attaché à ce personnage, on éprouve de la compassion pour elle!!
Enfin le tueur, le diable en personne je dirais, adepte de l’occulte, commettant des crimes vraiment affreux!! J’ai des frissons dans le dos rien que d’en parler!!
Une histoire vraiment bien écrite qui malgré des termes techniques est facile à lire
On se demande où l’écrivain va chercher tout ça!!
Pour finir, je suis entrain de lire le tome 2 et il m’a un peu fichu la trouille, ça commence bien!!

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Je viens tout juste de commencer la suite de cette trilogie, je mettrais mon avis dès que je l’aurais fini!!
    En tout cas, je suis vraiment devenue fan de son style d’écriture!!

  2. Je partage beaucoup cet avis, en fait ce livre est celui qui m’a redonné le gout de la lecture lorsque j’étais au lycée, un peu écœurée par ce que j’avais à lire niveau scolaire.
    Je suis tombée amoureuse du style de Maxime Chattam et de son univers, la suite de la trilogie est vraiment bien d’ailleurs !