La vie sauvage de Thomas Gunzig

* Titre : La vie sauvage
*Auteur : Thomas Gunzig

Chronique :

À la lecture du résumé je m’étais imaginé une sorte de remake de "Tarzan" quelque chose de ce style qui s’en approcher de prés ou de loin. Mais à la lecture du livre je me suis vite rendu compte que ça n’avait rien à voir du tout.

Depuis qu’il a été ramené à sa famille, Charles, n’y voit que des mauvais côtés. Il est clair qu’il n’est pas du tout ravis d’avoir était arraché à sa terre pour être réintégré à la civilisation qu’il ne connaît pas, dont il ignore le mode de fonctionnement, lui qui n’a connu que la jungle d’ Afrique et les indigènes qui l’on recueilli. On comprend que ce changement brutal d’environnement peut être déconcertant et qu’il est difficile pour lui de se sentir à sa place. Après dix-sept ans de vie dans la jungle, c’est sur que le temps d’adaptation risque d’être très long, mais Charles est résigné à ne pas laisser sa chance à ce nouveau monde. Il fait semblant de prendre petit à petit ses marques, de s’intégrer du mieux qu’il peut mais derrière cette façade, il éprouve une haine envers tous ceux qui l’entoure. Ces personnes n’ont pourtant à son égard aucun comportement hostile, au contraire essai de l’aider du mieux qu’ils peuvent. Cette haine est grandissante qu’il en vient à avoir des pensées négatives et à une envie de violence.

Malgré avoir fini ce livre, je n’ai toujours pas réussi à cerner réellement Charles ainsi qu’à comprendre ses comportements complètement absurdes même si certes il a des circonstances atténuantes et qu’il est poussé par l’envie de rentrer chez lui et retrouver Septembre, cette fille qu’il a dû laisser derrière lui. Ce qui en vient au stratagème que Charles a établi, un stratagème qui je trouve est un peu tiré par les cheveux. J’en suis venu à me poser la question : Comment des femmes droites dans leurs bottes et qui savent qu’au moindre faux pas leur vie peuvent être ruiné vont néanmoins se laisser séduire (assez facilement, je dois dire) par un jeune de dix-sept ans débarquant tout juste de la jungle ??? Pour moi cela n’a pas de sen, même si j’admets que Charles est un garçon très intelligent.

Dès la première page on voit direct que l’auteur a une plume très particulière. J’ai eu l’impression à travers cette lecture que l’auteur avait un style d’une autre époque, d’ailleurs il fait souvent mention de certains passages tiré des écrits de Verlaine, Baudelaire, Rimbaud, Musset, Apollinaire… Thomas Gunzig a une écriture tout aussi poétique et complexe que c’est grand nom de la littérature que j’ai moi-même eu du mal à le comprendre parfois. Cette difficulté à saisir ce que l’auteur voulait transmettre à travers les mots qu’il a choisis, les jeux de mots ou même les comparaisons, m’ont fait comprendre que ce genre de lecture n’était pas faite pour moi.

Toutefois ce que j’ai aimé dans cette lecture c’est le fait qu’on a l’impression que le personnage principal (Charles) nous raconte son histoire à nous lecteur comme si on était en face de lui et qu’on lui avait demandé de tout nous raconter, comment ça s’est passé ? Dans quelles circonstances ? etc … Comme si on lui avait demandé de nous raconter son histoire depuis le tout début et ce dans les moindres détails sans rien oublier.

En bref, un livre intéressant avec un bon sujet de base mais avec lequel j’ai eu du mal à entrer dedans, avec un personnage difficile à cerner et un style d’écriture que j’ai trouvé complexe, il n’est donc pas évident dans ces conditions d’apprécier cette lecture. Toutefois ceci reste que mon humble avis, alors je vous encourage à découvrir ce livre si l’envie vous prend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.