D’un monde à l’autre de Pierre Bottero

* Titre: La quête d’Ewilan tome1, d’un monde à l’autre

* Auteur: Pierre Bottero

* Chronique: Sur les conseils de plusieurs personnes, j’ai commencé ce livre plus par curiosité que par envie. J’avais beaucoup entendu parlé du monde de Pierre Bottero, même si j’ignorais de quoi il s’agissait au fond. Pour être franche, je ne connaissais que le nom d’Ewilan de cet auteur, ignorant même le résumé de ces livres. Je me suis donc lancée dans l’aventure de ce livre sans grande conviction. Et je dois avouer avec le risque de me mettre à dos tous les fans de Bottero et d’Ewilan, que j’ai failli lâché ce livre, dés les premières pages. Pourquoi? Une entrée en matière peut-être trop soudaine, des descriptions tardives, un vocabulaire assez incompréhensible… Un peu tout je pense. Mais, l’écriture fluide de l’auteur, ces phrases simples m’ont tout de même fait lire au-delà des premiers chapitres et au final, je ne le regrette en rien. Bien au contraire… Je crois que je m’en serais voulu si je n’avais eu le courage d’aller au-delà des premiers chapitres. Pourquoi car je pourrais résumer ce livre en un mot: «Génial», mais cela serait bien trop facile, n’est-ce pas?

Mis à part ce mot qui qualifierait ce premier tome, que puis-je dire d’autre? Commençons par le début, autrement dit l’auteur. Il a une plume merveilleuse, simple mais en même temps complexe. Et que dire de son imagination?! Bien qu’elle soit troublante et mystérieuse au début, la lectrice que j’étais, à vite réussie à trouver la porte pour pénétrer dans le monde de Gwendalavir et y rejoindre Ewilan. Comme l’héroïne, et qui plus est amatrice de fantaisy, je me suis , rapidement, prise au piège de tous ces mystères autour de l’Imagination, du Dessin, du Pas sur le côté, des t’sliches et autres marchombres. Oui, je sais, ce vocabulaire est un peu déstabilisant pour les novices de ce monde, mais croyez moi on en apprend bien vite la signification avant qu’ils ne nous deviennent familiers.

Puis que dire de ces habitants un peu étranges? Soit, on les déteste, soit on les aime mais aucun ne nous laisse indifférent. Et toujours est-il que le lecteur que l’on est s’attache à tous ces êtres qui peuplent ce monde (… Ou presque). De magnifiques valeurs voient le jour, en plus telle que l’amitié ou encore l’entraide, des valeurs qui ne faiblissent pas, bien au contraire.

Et ce que j’ai le plus apprécié encore dans ce premier tome de la quête d’Ewilan, c’est qu’on avance tout le long du roman avec le personnage principal ( ou plutôt devrais je dire les deux personnages principaux ). C’est comme si on était dans la tête de ces personnages, Pierre Bottero a donc choisi ce qui me semble être un point de vue interne majoritairement dans ce livre et, il faut dire qu’il s’en sort à ravir. La parfaite inconnue de ce monde a tout appris en même temps que Ewilan et son meilleur ami, à lever les mystères de certaines choses en même temps qu’eux, et à quelque sorte grandie avec ces enfants dans le monde merveilleux mais terriblement dangereux de Gwendalavir.

Et que dire de notre imagination! Moi, qui est une grande rêveuse et qui possède une imagination parfois un peu débordante, je peux dire qu’elle a été mis à rude épreuve durant ce roman. On imagine tel personnage ainsi, tel «monstre» de cette façon, tel lieu de cette manière avec des descriptions superbement écrites de l’auteur.

Pour résumer de façon simple et claire ce premier tome, dés qu’on lit les premiers mots, on fait ce fameux «pas sur le côté» en même temps qu’Ewilan pour pénétrer dans le monde merveilleux et rempli de surprise de Gwendalavir. Maintenant, la seule question à se poser est, feriez vous ce pas avec nous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.