La guerre des règnes de J.-H. Rosny aîné.

Merci aux éditions Bragelonne et à Livraddict pour la découverte de (Serge Lehman présente) : La guerre des règnes, de J.H. Rosny aîné.

Présentation de l’éditeur : Ce recueil comporte quatorze récits dont le mythique La Guerre du feu. Il est dirigé et commenté par Serge Lehman, le meilleur essayiste de science-fiction contemporain. On doit à Rosny aîné, outre la création de l’académie Goncourt, l’invention du roman préhistorique, mais aussi les premiers chefs-d’œuvre de science-fiction moderne en droite ligne d’H.G. Wells, dont il anticipa même parfois les thèmes.

Mon avis : Quel défi que de résumer en quelques mots cet ouvrage colossal. Quatorze récits, dont deux romans courts, près de 800 pages, une présentation de l’auteur de son œuvre… Cette amorce de catalogage me permet d’ailleurs d’insérer tout de suite ma (seule et unique) remarque négative. Les paramètres du partenariat, et la nécessité de lire en un mois une œuvre aussi dense et aussi cohérente que les textes réunis par S. Lehman et Bragelonne, ont parfois rendu pénible la lecture d’un livre que j’aurais de temps à autres aimé pouvoir posé sur une étagère pour ne le reprendre que plus tard.

A l’exception de ce désagrément, je ne tarirai pas d’éloges sur la qualité de ce recueil, sa forte cohérence en dépit des années qui séparent les textes les uns des autres, la richesse de la formulation.

A travers les différents textes réunis dans la Guerre des Règnes, J.H. Rosny développe des thématiques à cheval entre le roman scientifique façon Jules Verne et la SF américaine. L’humain y occupe une place centrale, et il est souvent présenté sous un jour optimiste : curieux, empathique (le portrait du scientifique idéal ?).

Si on peut ressentir un intérêt variable pour les univers mis en place dans les différents textes, Les Xipéhuz constituant probablement la pièce maîtresse de ce recueil, on ne peut s’empêcher de noter la grande homogénéité de l’œuvre. On remarquera, notamment, une cohésion remarquable entre La guerre du feu, récit préhistorique, et Les navigateurs de l’infini, space opera avant l’heure, les deux textes ayant pourtant été rédigés à plus de quinze ans d’intervalle.

Saluons également la présentation de S. Lehman, très éclairante, qui replace l’œuvre dans son contexte littéraire et intellectuelle.
Une lecture qui laisse une impression forte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.