Le passé continu de Neel Mukherjee

Je remercie les éditions JC Lattès et Livraddict de m’avoir permis de découvrir Le passé continu, de Neel Mukherjee.

Présentation de l’éditeur :

Ritwik Gosh, 22 ans, ayant quitté sa ville natale de Calcutta après la mort de sa mère, décide de s’établir en Angleterre dans les années 1990 avec l’espoir de repartir à zéro. Mais pour cela, Ritwik doit commencer par donner un sens à son passé, et surtout exorciser les relations dévorantes qu’il a entretenues avec sa mère, et qui lui ont laissé tant de cicatrices…
Ritwik va tenter sa chance à Oxford, puis à Londres, mais peu à peu son existence se délite dans les bas-fonds incertains de la ville, là où survivent les immigrants illégaux. Pour conjurer sa solitude, il s’évade dans l’écriture, et imagine la vie d’une Anglaise établie au Bengale, Miss Gilby, qui enseigne l’anglais, la musique et les bonnes manières occidentales à l’épouse d’un notable bengali, juste avant la partition de l’Inde. Ritwik est logé chez une vieille dame de 86 ans, Anne Cameron, fragile et blessée, qui lui offre l’hospitalité en échange de soins dont elle a besoin. Une nuit, dans les environs peu sûrs de King’s Cross, Ritwik fait la rencontre du mystérieux Zafar bin Hashm, incroyablement riche, possible marchand d’armes. Ritwik pourra-t-il enfin trouver la rédemption à laquelle il aspire tant ?
Ce roman puissant, plein de compassion, écrit avec une implacable honnêteté, explore avec talent les liens qu’entretient le héros avec le réel et l’imaginaire.

Mon avis :

J’ai été totalement emballée par ce roman, dont j’ai apprécié la justesse à bien des niveaux. Les personnages, tout d’abord, sont d’un réalisme surprenant. Ni bons ni mauvais, tout simplement humains, ils interviennent dans la construction personnelle de Ritwick comme autant d’expériences. Le roman est effectivement construit comme une quête de soi, dans laquelle les racines de Ritwick représentées par les membres de sa famille, qui figurent habilement le carcan de la société indienne, s’opposent aux rencontres anglaises, faites de plein gré par le personnage.

A la moitié du roman à peu près, apparaît Anne, cette vieille anglaise à demi sénile et à demi clairvoyante avec qui il établira une relation unique, émouvante, qui justifie à elle seule la lecture du roman.

Le texte est littéralement ciselé. Bien que n’ayant pas eu accès à la version originale, il me semble qu’il faut saluer la performance de la traductrice, qui nous offre l’accès à une œuvre foisonnante mais sobre, à une plume raisonnable qui livre sans l’alourdir le point de vue de Ritwick qui s’évertue à éviter la fatalité : « N’a-t-on pas le droit de tourner le dos au malheur ? » dit-il dans le roman.

Je suis soufflée, impressionnée par ce petit bijou de littérature contemporaine, qui donne à penser sans intellectualiser, qui touche, émeut, sans sensiblerie. Vivement recommandé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.