L’homme du lac de Arnaldur Indridason

9782864246381

Titre: L’homme du lac
Auteur: Arnaldur Indridason
Editeur: Métailié
Nombre de pages: 390


Résumé :

A la suite des tremblements de terre qui ont eu lieu en Islande en juin 2000, le lac de Kleifarvatn se vide peu à peu. Une géologue chargée de mesurer le niveau de l’eau découvre sur le fond asséché un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractère cyrillique à demi effacéefs. La police est envoyée sur les lieux, Erlendur et son équipe se voient chargés de l’enquête, ce qui les mène à s’intéresser aux disparitions non élucidées ayant eu lieu au cours des années1960 en Islande. Les investigations s’orientent bientôt vers les ambassades ou délégations des pays de l’ex-bloc communiste. Les trois policiers sont amenés à rencontrer d’anciens étudiants islandais qui avaient obtenu des bourses de l’Allemagne de l’Est dans les années 1950 et qui ont tous rapporté la douloureuse expérience d’un système qui, pour faire le bonheur du peuple, jugeait nécessaire de le surveiller constamment. Peu à peu, Erlendur, Elinborg et Sigurdur Oli remontent la piste de l’homme du lac dont ils finiront par découvrir le terrible secret.

Mon avis :

Lecture intéressante, un style vraiment tout en retenue comme précisé sur la 4è de couverture (à l’image d’Erlendur).
J’ai eu un peu de mal au début à retenir les prénoms islandais mais au fur et à mesure je m’y suis habituée.

Le suspense est maintenu jusqu’aux dernières pages et l’accent est plutôt mis sur les histoires personnelles ainsi que sur la description de l’ambiance qui régnait en Allemagne de l’est sous le régime communiste.

L’enquête quant à elle est peu détaillée et au fond assez simple.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Il suffit à Indridason de quelques pages, d’un seul chapitre pour vous emporter loin d’ici.
    Un premier chapitre tellement bon qu’on vous le propose en version intégrale ici-même.
    Alors nous voici donc embarqués de nouveau pour la lointaine et exotique Islande aux côtés de l’impossible inspecteur Erlendur, celui qui vit sur une île où la nuit dure 6 mois …
    […] Erlendur était plongé dans sa lecture quand le téléphone sonna. Il essayait de se protéger de la clarté du soleil de mai, fidèle à son habitude. Les épais rideaux étaient tirés devant les fenêtres de son salon, il avait fermé la porte de la cuisine où il n’y avaient pas de rideaux dignes de ce nom. Il parvenait ainsi à maintenir une obscurité suffisante pour se permettre d’allumer la lampe placée à côté de son fauteuil.
    Erlendur toujours obsédé par les disparitions, depuis celle de son jeune frère lors d’une randonnée tragique dans les mystérieuses montagnes islandaises.
    […] … cette affaire n’a donné lieu à aucune enquête criminelle. On n’en mène généralement pas sur les disparitions parce que en Islande, on ne voit rien d’étonnant à ce que les gens disparaissent. Peut-être à cause du climat capricieux. Peut-être par paresse.
    Car il s’agit de nouveau d’une disparition.
    Ou plus exactement d’une ré-apparition : celle d’un squelette qui dormait au fond d’un lac depuis 60 ans et qui refait surface.
    Et avec lui tout un pan de l’Histoire : celle de la guerre froide, quand les jeunes étudiants islandais aux idéaux socialistes partaient étudier en RDA et, une fois passé le rideau de fer, découvraient le communisme … et la Stasi. La vie des autres, quoi.
    Une alternance de chapitres entre la lente et laborieuse enquête d’Erlendur et ses acolytes autour du squelette remonté du lac ficelé à un vieux poste radio et ce qui s’est passé à Leipzig en ce temps là, au temps où la Stasi régnait sur les consciences.
    Car ce qui intéresse Indridason ce n’est jamais le côté criminel du polar, ce sont «les gens», leurs pensées, leurs rapports aux uns et aux autres, leurs rêves … et leurs cauchemars aussi.