La Douane Volante, François Place

Quatrième de Couverture

Bretagne, 1914. La guerre menace. Une nuit, la charrette de la mort s’arrête devant la maison de Gwen le Tousseux, le jeune orphelin. C’est lui que vient chercher l’Ankou, pour l’emmener au pays dont on ne revient jamais… Quand Gwen se réveille, il est passé de l’autre côté, dans un monde comme surgi du passé. Dans ce pays étrange, effrayant mais fascinant, dominé par la douane volante, il va vivre des aventures extraordinaires. Gwen l’Egaré parviendra-t-il à retrouver sa terre natale ou son destin sera-t-il à jamais lié à Jorn, le redoutable officier de la douane volante? Une fresque magnifique, entre roman fantastique et récit initiatique, dans laquelle François Place révèle toute la dimension de son talent d’écrivain. Avec Gwen le Tousseux, laissez-vous emporter au-delà des frontières du réel et du temps.

Pour la première fois depuis bien longtemps, je ne sais pas par où commencer mon billet. J’ai lu « La douane volante » quasiment d’une traite, incapable de reposer le roman avant de l’avoir fini et en en ressortant sonnée, la tête remplie des brumes bretonnes. Inutile donc de dire que j’ai aimé, c’est évident, mais je ne sais comment parler de ce roman si poignant. Je vais donc commencer par le livre lui -même en tant qu’objet. Je le trouve vraiment de toute beauté. Le dessin de couverture de François Place lui-même, rappelant ainsi son passé d’illustrateur, le titre en surépaisseur et la qualité de l’impression en fait un objet que l’on aime manipuler. Cela peut paraître idiot, mais cela ajoute sans conteste au plaisir de la lecture.

Gwen, pauvre jeune pécheur de constitution maladive (d’où son surnom de Gwen le tousseux), rencontre un « rebouteux » qui lui sauve la vie. Ce « rebouteux » va le prendre sous son aile et lui apprendre les rudiments du métier, avant de mourir subitement. Nous sommes à quelques jours de la première guerre mondiale. A peu près au moment où la guerre est déclarée, Gwen se retrouve emporté dans un monde parallèle dans la  grande charrette noire de l’Ankou lui-même. Il n’a aucune idée de l’endroit où il est, il va devoir y apprendre très vite à survivre. Il va d’abord rencontrer Jorn. Jorn qui appartient justement à cette douane volante, sorte de police aux pouvoirs quasi totalitaires. Jorn aux deux visages, parfois mesquin et brutal, parfois généreux et héroïque et qui finalement va jouer le rôle du père absent. Gwen va aussi devoir lutter contre son ignorance, continuer à développer ses dons de « rebouteux », apprendre la médecine. En cela il sera aidé aussi par des « professeurs » hors du commun. Il découvrira les premières prémices de l’amour. Il va grandir…

Ce roman peut se lire à plusieurs niveaux. D’abord c’est un roman fantastique et finalement il peut se lire en tant que tel sans forcément chercher plus loin et c’est déjà un régal. Mais c’est aussi l’initiation d’un jeune, qui va étudier,  lutter contre l’ordre établi, se rebeller, fuguer, aimer, frôler les interdits et être trahi. Il en ressortira grandi et adulte, mais à quel prix ?

On plonge dans ce roman, comme on plonge dans la brume de Bretagne. On est imprégné par ce monde imaginaire peuplé de démons et d’humains. On vit dans cet univers hors du temps au même rythme que Gwen : j’ai eu peur avec lui, j’ai ressenti les mêmes indignations, cette impression de piège, de nasse, j’ai lutté avec lui pour en sortir et j’ai refermé le livre épuisée et éblouie. L’histoire est pleine de poésie, elle est dense et fluide à la fois. L’auteur est un vrai conteur qui vous transporte dans un autre monde qui fait penser à certains anciens tableaux hollandais. L’ambiance y est sombre,  parfois étouffante. Un monde dur dans lequel la médecine fait penser à Molière, dans lequel les amis ne sont pas toujours ceux que l’on pense et où les ennemis se révèlent être finalement plutôt bien attentionnés.

Quel est ce monde ? Est-ce un pays imaginaire crée de toutes pièces par Gwen pour échapper aux horreurs de la guerre ? Est-ce juste un reflet de la folie et des blessures produites par cette guerre meurtrière ?  Un monde qui engloutit les jeunes comme ils ont été « avalés » et détruits entre 1914 et 1918 ? Peut-être…ou pas ! En tout cas on ne sort pas indemne de ce roman vraiment hors du commun.
Je ne peux que le conseiller à tous, jeunes ou adultes, c’est vraiment un gros coup de cœur.

Un très grand merci à Gallimard Jeunesse de m’avoir fait découvrir ce livre exceptionnel à travers un partenariat avec Livraddict.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.