Tu m’envoies un mail ? d’Emmanuelle Friedmann

4ème de couverture :

Annonce publiée par : l’Entreprise
Poste à pourvoir : Chef
Mission : Tu es méchant(e), tu aimes humilier les gens ? Tu rêves de martyriser une équipe dans une atmosphère de guerre généralisée ? Rejoins-nous, tu vas pouvoir te défouler et faire beaucoup de mal autour de toi.
Profil : Ambitieux(se), manipulateur(rice), autoritaire, caractériel(le)
Vos collègues ont les dents qui rayent le parquet et sont prêts à tout pour accéder à l’échelon supérieur ? Ils emploient un vocabulaire compliqué, ponctué de sigles incompréhensibles et de mots en anglais ? Ils envoient une bonne centaine de mails par jour, tous en copie à la direction et vous snobent lorsque vous n’êtes pas assez « pro-actif » ? Votre quotidien est fait de machine à café, d’ordinateurs, de réunions et de plateaux repas ?
Bienvenue dans le monde de l’entreprise !

Une jeune femme, nouvellement embauchée au sein du service communication d’une grande entreprise, tente de survivre dans cet univers surréaliste et impitoyable. Elle évoque avec beaucoup d’humour et d’ironie son quotidien.

Emmanuelle Friedmann est journaliste.

Mon avis :

« Tu m’envoies un mail ? » est un livre que j’ai reçu grâce à un partenariat, alors bien sur j’avais hâte de le lire. Qui dit premier partenariat, dit première excitation .
Dans ce livre, nous sommes tout de suite plongé dans le monde du travail.
Une nouvelle embauchée arrive au service communication d’une entreprise qui ne connait pas la notion de ce mot.
Cette jeune femme essaye de s’intégrer et se rend compte que ce n’est tout sauf facile quand tout le monde se tire dans les pattes.
J’ai aimé ce livre car ce n’est pas le genre de livre que je lis habituellement, et qu’il traite d’un sujet assez commun. L’auteur a réussi a nous parler du sujet de l’entreprise de façon originale et décalée.
Si on se met à la place du personnage principal, c’est sur que le monde de l’entreprise nous parait dur et intenable, après caricaturé ou réel…Certaines anecdotes nous font sourire .

Par conséquent, il n’y avait pas forcément de suspense et je trouve le livre  assez monotone.

Malgré tout je suis contente de l’avoir lu car ce livre est à prendre au second degré et est assez ironique.

Malgré cet avis mitigé sur ce livre, peut être changerais-je d’avis , une fois dans le monde du travail. (dans quelques mois donc…)

Je vous laisse avec un petit extrait que je trouve assez explicite :
« Cette femme était étonnante. Rien de ce qu’elle disait n’avait de sens finalement : elle semblait persuadée de m’avoir dit des choses qu’elle ne m’avait même pas dites, et elle exigeait de moi, en signe de fidélité, que je l’informe des choses dont je l’avais déjà informée. » p .23

Bonne lecture !

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Bonjour,
    Je n’ai jamais travaillé avec Emmanuelle, mais je suis actuellement dans la boite dont elle parle.
    Je ne la connais donc pas, et n’ai donc aucun avis sur son cas personnel.
    Pourtant j’y ai bien reconnu mes contemporains et leurs travers…
    Cette douce critique pourrait amener à améliorer quelques comportements.
    Ta tentative de décrédibiliser l’auteur sur tous les blogs ou le livre apparait ne change pas grand-chose au fond du sujet à la réalité, légèrement augmentée, de la plupart des personnages…
    Si je la connaissais, je lui fournirai de quoi alimenter le tome 2, voir le 3.
    En tout cas, elle devrait permettre de s’interroger sur eux même les Joël, Laurence et autre Valérie… Et pourquoi pas l’autre Emmanuelle ?
    Oups !? Aurais-je fait une gaffe ?

  2. J’ai également travaillé avec Emmanuelle
    Dans le livre je suis la pétasse
    Et je peux vous garantir que tout est romancé pour faire passer Emmanuelle pour la victime alors que dans les faits elle s’est révélée nulle.
    C’est le directeur général lui-même qui a négocié son départ à savoir : 2 belles formations et des sous.
    Elle ne parle ni de ces complots, ni de son incompétence, ni même de ses relations « rapprochées » avec la femme du directeur.
    Dans ce livre, elle « flingue » ceux qui ont vu sa vraie face.
    Autre chose : ce livre a été « co-rédigé » par une ex-déléguée du personnel et validé par le directeur général lui-même.
    A bon entendeur…