Aristote mon père d’Annabel Lyon

Aristote mon pèreQuatrième de couverture :

Tandis qu’Alexandre le Grand poursuit ses conquêtes loin d’Athènes, Aristote, son ancien précepteur, entreprend une activité insolite : l’éducation de sa fille dans un monde dominé par les hommes.

Pythias a les mêmes yeux gris pleins d’intelligence que son père, la même soif de savoir, le même entêtement. Curieuse, elle préfère de loin dévorer les ouvrages et disséquer les animaux plutôt que de s’adonner à la broderie et aux tâches domestiques. Mais lorsque la mort d’Alexandre pousse le philosophe et sa famille à s’exiler, la jeune fille devra assumer son indépendance. À seize ans, l’orpheline trouvera auprès des habitants de l’ombre de la société grecque la lumière qui la guidera vers la paix et, peut-être, l’amour.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Livraddict et les Editions de la Table Ronde pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Je n’ai pas lu le premier livre de  Annabel Lyon, qui traitait également de la vie d’Aristote, mais cela ne m’a pas posé de problème lors de ma lecture.
Malheureusement je n’ai pas été tout à fait conquise par ce titre. Ce qui m’a posé problème c’est le style de l’auteur, certes fluide, mais justement un peu trop, pas assez travaillé. Et puis certaines répétitions volontaires laissent une sensation de style surfait…

Ensuite je n’ai pas accroché à l’histoire, je n’ai pas ressenti d’empathie pour les personnages, bref, ce livre m’a laissé de marbre. Je n’ai pas détesté pour autant, mais j’avais l’impression d’être spectatrice de ma propre lecture.

Je pense que je suis passée à côté, tout simplement, peut-être le contexte n’a-t-il pas facilité les choses. J’ai en effet étudié longtemps la Grèce antique, alors j’étais parfois plus attentive aux références historiques qu’à l’histoire elle-même. Je peux d’ailleurs dire que ces références furent très     agréables à lire, bien intégrées dans le livre, mais elles ont, à mon sens, pris le dessus sur le fond. Cela s’explique peut-être par mon attachement à l’histoire de la Grèce antique.

En bref, je dirais que j’ai été quelque peu déçue, et qu’il a manqué ce petit plus qui aurait surement fait la différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.