Jeanne, de Jacques Cassabois

J’ai pu lire ce livre grâce au partenariat avec Livraddict et de la maison d’édition Hachette Jeunesse,que je remercie.

Résumé: Personnage emblématique de l’histoire de France, Jeanne d’Arc était avant tout une jeune fille de dix-sept ans. Sa fabuleuse épopée se déroule entre 1429 et 1430, et va bouleverser le royaume de France. En deux ans, Jeanne fait sacrer un roi, repousse les Anglais, ravive la confiance d’un peuple tout entier. Comment ? Jacques Cassabois fait parler sa foi inébranlable, son courage à l’épreuve de toute douleur, son audace à une époque où les femmes n’avaient pas voix au chapitre, son génie de chef de guerre. Inspirée, sainte, visionnaire ? Jeanne était d’abord un être d’exception, traversant chaque instant avec toute son énergie et son amour de vivre.

Mon avis: Pour commencer, je vais parler du design extérieur et intérieur de l’ouvrage.  Stéphanie Hans a fait du très bon travail sur la couverture! Celle-ci attire l’œil avec ses couleurs pastels! C’est en partie grâce à elle que je voulais lire le roman!

Pour nous aider à mieux connaître Jeanne d’Arc, Jacques Cassabois nous a gratifiés d’une bibliographie assez complète à la fin du livre de trois cartes retraçant l’itinéraire de la Pucelle.

Maintenant je passe à mon avis sur le roman en lui même. Et pour tout dire, cela reste assez mitigé…
Le long de ma lecture, j’avais plus l’impression de lire un énorme résumé entrecoupé de très court dialogues! Pourtant, le début était prometteur! Mais dès que Jeanne part pour Orléans, l’aspect résumé prend le dessus. Tout se passe trop vite mais trop lentement! Les batailles se déroulent trop rapidement et avec beaucoup de confusion, il n’y a pas de transition d’un lieu à l’autre à part une courte phrase, ce qui embrouille parfois le lecteur, et l’auteur dédie beaucoup de pages aux passages les moins intéressants.

De plus, la multitude de personnages présents n’aide pas à la compréhension du récit. Certains apparaissent rapidement puis revienne dans un autre passage où on ne se souvient plus de qui il est.
Jeanne quand à elle, n’est pas très attachante le long du récit, car ses seules prises de paroles, étaient toujours en rapport avec Dieu et la religion. Mais ceci finit par devenir une force dans la dernière partie du roman, du moment où elle se fait capturer par les Anglais jusqu’à son horrible mort par les flammes. De là, je me suis vraiment attaché au personnage, trouvant enfin qu’elle avait une personnalité hors du commun!

Cette dernière partie est la meilleur du roman et rehausse son niveau! Je n’ai pas pus lâcher le roman et je me suis sentis vraiment ému par tout ce qu’elle subit. Sa foie en Dieu restera inébranlable jusqu’à la fin, même si il lui «ordonne», de se laisse faire tuer aux mains des Anglais.

Le roman prend donc toute sa force dans les moments dramatique et intime de la Pucelle.

Pour finir, j’ai vraiment était déçue par ce livre, qui est le premier que je lis de Jacques Cassabois, dont on m’a dit le plus grand bien. Mais les cent dernières pages ont remontaient ma note. Je suis passé d’un long résumé ennuyeux et sans vie à un récit émouvant. Cela faisait bien longtemps que je n’ai pas était aussi émue par un livre. Pour cela, je dis un grand bravo à l’auteur! Si le reste du roman s’était plus concentré sur Jeanne que sur l’aspect historique, il aurait put être un énorme coup de coeur!

Note: 6/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.