L’Orpheline des Neiges de Marie-Bernadette Dupuy

L'orpheline des neigesRésumé :

L’histoire se déroule principalement à Val-Jalbert, village du Québec. Un couple, dont la femme est très malade va devoir malheureusement abandonner leur enfant. Ils déposèrent leur enfant dans un ballot de fourrure à l’entrée du couvent-école du village, l’enfant étant lui même très malade. Cet enfant, Marie-Hermine sera recueillit par les sœurs de celui-ci et sera élevé par elles. Au fur et à mesure, se découvrant une voix splendide Marie-Hermine se passionnera par le chant et au fil du livre nous la suivront dans les péripéties qui feront d’elle une adulte. Que lui réserve l’avenir ? Pourquoi a t-elle été abandonnée ?

Chronique :

Ce livre a été un souffle nouveau sur mes lectures. Je n’avais en effet pas l’habitude de lire ce genre de livre. Sur une chronique lu sur ce site même j’ai décidé de m’y intéresser.

Très sincèrement, c’est un livre où nous suivons une sorte de « vie de village » et ce n’est clairement pas pour déplaire ! Nous avons une multitude de personnage avec chacun une personnalité bien forgé dont l’auteure nous fait vivre et s’émouvoir à certain moment. L’écriture est très fluide et cela suit à merveille le glissement des événements plus que nombreux bouleversant le cœur de l’histoire.
Les descriptions sont riches tant l’auteure s’est impliqué dans la découverte du village en question citant énormément de fait réel nous permettant d’avoir une approche totalement différente dans la lecture.

De fil en aiguille, on s’attache aux personnages, on vit avec eux, on s’imagine à leurs côtés. Les paysages décrit sont nombreux et d’une description totalement parfaite. Notre imaginaire travaille à plein régime et parfois, je me sentais flotter dans une bulle que l’auteure éclaté du bout de la pointe de sa plume me faisant redescendre par un élément perturbateur, une surprise.

Je n’ai pas faire d’analyse littéraire, cela gâcherait le plaisir que ce livre m’a apporté. Le plaisir de redécouvrir pourquoi j’ai aimé la lecture. Des mots, créant des phrases et permettant l’évasion par la simple implication de l’imaginaire et de l’implication de son écrivaine. Il nous rappelle très souvent la chance que l’on peut avoir, celle qui nous échappe, puis la force qu’il faut pour continuer dans un monde parfois impitoyable et où la vie est éphémère.

Pour cette première chronique, je vous remercie bien évidemment de m’avoir lu ! J’espère m’y être bien pris et vous avoir donné l’envie de lire. Je vous le promet, vous ne le regretterez pas. Bonne lecture à vous tous et à une prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.