Comment sait-on si on a l’âme d’un écrivain ?

Vendredi dernier a eu lieu notre deuxième rencontre du cycle « L’Aventure de l’édition », en partenariat avec le site Les Agents Littéraires et son administrateur, Vincent Beghin. Au mois d’octobre, la discussion avait porté sur le thème « Comment séduire un petit éditeur ? » (lire le compte-rendu).

Cette fois-ci, nous rencontrions deux auteurs membres de Livraddict, Anne Denier (Reveanne) et Eric Descamps (climber_eric), pour une double discussion sur le thème : Comment sait-on qu’on a vraiment l’ « âme » d’un écrivain ?

Thématiques abordées : Depuis quand écrivez-vous ? Quelles sont vos motivations ? D’où vous vient ce besoin ? Comment s’organise-t-on quand on se lance dans un projet d’écriture ? Qu’est-ce qui a fait qu’un jour, vous avez décidé de vous faire éditer ? Est-ce que le pas a été difficile à franchir ? Quels obstacles avez-vous rencontré ? Est-ce difficile de recevoir des avis négatifs sur ce que vous écrivez ? Est-il facile de passer du 1er roman au second ? Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui a toujours eu envie d’écrire un livre, mais qui n’est jamais arrivé à finir un projet de manuscrit ?

Les questions ont fusé jusqu’à tard dans la soirée, avec chaque fois une double réponse de la part de nos invités. Nous avons ainsi pu constater que les expériences d’écriture étaient très différentes.

A commencer par le chemin qui les a menés à l’écriture : Eric a commencé l’aventure en partageant sur le net de courtes histoires qui ont recueilli de bons échos, tandis qu’Anne a d’abord tenté de créer des bandes-dessinées et puis s’est rendue compte qu’elle était plus douée pour le scénario que pour le dessin. Mais elle parle surtout de « folie » !

Aux aspirants écrivains, nos deux invités ont prodigué leurs conseils nés de l’expérience.  Eric propose à celui qui est coincé devant sa page blanche de commencer par écrire de courtes histoires et de s’efforcer de rester patient.  Anne conseille de trouver son organisation, sa méthode, et également d’être patient.  En ce qui la concerne, elle rédige toujours un synopsis de l’histoire où « tout est soigneusement réfléchi et structuré » avant de commencer l’écriture a proprement parler, tandis qu’Eric, lui, se laisse porter entre une idée de départ et une idée d’arriver. Chacun sa technique !

Anne a impressionné les participants à la discussion en exposant son plan de correction très élaboré en trois phases et plusieurs points. Eric a également toute une armée de correcteurs, auprès desquels il partage le travail : certains s’attaquent à l’aspect scénaristique, d’autres aux coquilles, et d’autres encore à l’impression générale que dégage le roman. Il nous ont aussi avoué tous les deux relire leur texte à haute voix afin de « poser le texte ».  Pour ceux qui cherchent des bêta-lecteurs, outre la famille et les proches, Eric conseille de proposer son texte aux éditeurs pour en obtenir des retours sur les améliorations à faire, et Anne propose quelques services en ligne et sites webs où ce genre de « coup de main » est échangé.

Anne nous a avoué détester la phase de correction : « on ne crée rien et je trouve mon texte parfaitement immonde ».  Ses phases préférées dans l’écriture sont la phase de construction, « quand on laisse le cerveau divaguer », et le moment où elle tient en main le manuscrit fini. Pour Eric, par contre, le plaisir est omniprésent de bout en bout !

Tous les deux nous ont affirmé qu’ils adoraient le tout début de l’écriture, le moment où s’écrit la toute première phrase, qui est même « un moment d’euphorie » pour Anne. Eric commence par énoncer quelque chose à voix haute ou se remémore une petite phrase d’intro d’un auteur pour trouver sa propre inspiration. En ce qui concerne la toute dernière ligne, Eric nous dit qu’il y garde le meilleur, le pan de l’histoire le plus étrange. Anne le vit comme une véritable délivrance après le stress de l’écriture.

Une autre question posée à nos invités concerne directement les blogueurs : comment réagissent-ils aux critiques ?  Eric les prend très sainement, sans que les critiques négatives ne le touchent tandis que les positives le rendent heureux. Anne, qui prend son texte tellement à cœur et n’est jamais satisfaite du résultat final, se prend les critiques « en pleine face », qu’elles soient bonnes ou non.

Nos deux auteurs sont également de grands lecteurs, même si Eric avoue avoir moins de temps pour lire en phase d’écriture. Et tous deux profitent des vacances pour écrire à temps plein, ce que leur vie professionnelle leur interdit le reste de l’année.  Ils nous avouent en chœur que le processus d’écriture ne devient pas plus facile au fil des romans, parce qu’Eric a fortement changé de style entre le premier et le deuxième, et parce qu’Anne devient de plus en plus exigeante envers elle-même.  Tous deux développent les personnages conjointement à l’intrigue car l’un et l’autre sont également importants.

Voici, en résumé, ce que nous ont appris nos deux invités.  L’ensemble de la discussion se trouve sur le forum. Vous pouvez également découvrir leurs œuvres sur Bibliomania. Un grand merci à eux pour avoir pris le temps de répondre à nos questions, et aux participants pour avoir fait vivre cette discussion !

Les livres d’Eric Descamps sont présentés ici :
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=37620
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=45284

« Côté Face » d’Anne Denier est disponible ici :
http://coteface.e-monsite.com

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Super résumé, moi qui n’ai pas pu assister à cette soirée, j’ai feuilleté en diagonale la discussion, mais je suis ravie d’en avoir un résumé et le système des liens qui nous amènent à des endroits précis de la discussion c’est top ! Un grand merci !