Le journal intime d’un arbre, de Didier Van Cauwelaert

Résumé :

Tristan, le poirier de 300 ans d’âge, vient de s’effondrer, victime de la tempête. Mais sa conscience, afûtée par ses liens très forts avec certains humains, continue à vivre au travers de son bois.  Il peut ainsi suivre le destin des êtres pour qui il a compté, tout en revivant son histoire riche et tragique à la fois.

Mon avis :

En voilà une idée saugrenue : faire parler un arbre !  C’est bien du Van Cauwelaert ca, lui qui m’a séduite en faisant l’éducation d’une fée

Il faut dire que Tristan a bien mérité de nous raconter son histoire, lui qui a traversé l’Histoire avec sa soeur Iseult.


Paradoxalement, son passé se découvre au fur et à mesure que se déroule son avenir. Car là aussi, l’auteur fait preuve d’originalité en commençant l’histoire par ce qu’on pourrait considérer comme la mort de l’arbre, et qui n’est en fait qu’un début. Une partie de son bois, sculpté par une jeune artiste, survit aux années et passe de main en main, comme un talisman, témoin des forces qui font courir les hommes : l’amour, l’art, la passion, la colère.


Il y a donc un perpétuel mouvement d’avant en arrière, des petits drames aux grands destins.  Plus on avance dans le futur, plus on progresse également dans le passé. C’est une des forces du livre, cette variation et cette promenade dans le temps.  Je vous rassure : on ne s’y perd jamais.

C’est bien l’histoire d’un arbre, une voix donnée à la nature – en développant par exemple tous les processus par lesquels Tristan a vaincu les saisons et les prédateurs de toutes sortes, ou en présentant un avenir où la nature régule l’humanité (à ce propos, ne pas oublier de lire la post-face où l’auteur explique ses sources).  La voix de l’arbre a un détachement calculé d’observateur de l’humanité que j’ai trouvé particulièrement réussi, et un talent exquis pour nous plonger sous son écorce.

Mais c’est aussi et surtout la narration d’une série de destins qui se sont suivis, des petits et de gros drames, une sorte de saga dont les protagonistes auraient en commun le fait de s’être tous appuyés contre un même tronc.  Tout ca passe très vite, mais pas trop ; on ne s’attache qu’à l’essentiel et c’est tant mieux. Personnellement, j’ai préféré les narrations des destins passés, plus naturels, que les destins grandioses présentés pour le futur, moins crédibles mais plus surprenants.  Il y a de toutes façons une telle variété que chacun trouvera de quoi être touché.

Voilà donc une belle histoire très originale et en même temps qui ne parle que de nous. Je vous conseille vivement cette aventure, et je remercie chaleureusement les éditions Michel Lafon et Livraddict pour m’avoir permis de la vivre !

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. C’est une histoire très émouvante et pleine de rebondissements. J’ai particulièrement aimé le fait que l’auteur évoque subtilement tous les sujets un peu controversés: délinquance, homosexualité, viols, meurtre, histoire de Dreyfus, familles recomposées, héritage, marché de l’art… Les personnages sont tous liés; et c’est super bien fait. C’est un beau voyage dans le temps et dans l’espace… Je l’ai lu sans m’arrêter tellement il est bien écrit.

  2. Ce livre m’attirait déjà beaucoup. Malheureusement pour moi, je n’avais pas encore fait valider mon blog et n’ai donc pas pu participer à ce partenariat.
    Mais avec ta très jolie critique, j’ai encore plus envie de le lire !