Book Club Livraddict – Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, tome 1 d’Emil Ferris

Book Club Graphique – Septembre 2019

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, tome 1 d’Emil Ferris pour le thème roman graphique

Compte-rendu par Ichmagbücher

L’avis global est unanimement positif. La mise en page est originale et interactive, sous forme de cahier d’école, et qui a fait penser à un journal intime pour certains, impression renforcée par les gribouillis et l’utilisation du stylo bic pour les dessins et de l’encre pour le texte. Il en ressort un côté enfantin, dû à l’âge de la protagoniste. Si, au début les couleurs sont très vives, au fil des pages, le récit s’assombrit et une noirceur s’installe. Cela dégage une atmosphère pesante et malsaine, les lecteurs n’étaient pas toujours à l’aise.

Cela provient en partie des sujets traités tels que la Seconde Guerre mondiale et le nazisme, les différences de classes sociales, l’homosexualité, la ségrégation, la prostitution, l’identité et l’acceptation de soi. Thèmes qui apportent également leur lot de violence dans le récit, mais que les lecteurs ont jugés intéressants.

Dans l’ensemble, les personnages sont vivants et attachants, ils ont plu à tous les intervenants ;  notamment le grand frère de la protagoniste, Deeze, qui s’occupe beaucoup d’elle et l’instruit en l’emmenant aux musées (on trouve d’ailleurs des reproductions de tableaux connus et de couvertures de magazines pulp). Certains lecteurs ont aussi été interpellés par Sandy, une amie de Karen, pauvre et maigre. La mère est le pilier de leur petite famille. On a tous reconnu le comportement exemplaire et courageux de Karen.

En effet, la protagoniste mène une enquête, elle n’hésite pas à fouiner pour trouver des indices, tant sur sa voisine que sur elle-même. Le suspense est de mise. En revanche, sur l’intrigue, les avis sont partagés. D’un côté, certains la trouvent maîtrisée, avec une entrée directe dans le vif du sujet. D’autres lecteurs ont été un peu perdus par les changements de direction du récit et les sauts dans le temps, les aller-retour passé-présent manquent de clarté, et le démarrage est un peu long.  Certains ont pointé le réalisme du déroulement du récit. A ceux qui ont mentionné la fin, elle a semblé brutale et a été accompagnée d’incompréhension, car l’énigme n’a pas été résolue. Mais une suite est prévue.

Enfin, le contenu est très dense et abondant, l’objet livre est très beau.

Merci aux participant(e)s : Ichmagbücher, Vandale, Celystine, sleepyhelo, Noemaus, Analena1904, Maa

Et surtout merci à Ichmagbücher pour la rédaction du compte-rendu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.