Dans la tête, le venin d’Andrea Japp

Mon avis :

Ce roman est très original et vraiment bien fait. Je ne suis pas amatrice de roman policier et là je me suis vraiment régalée !!

Plusieurs personnages sont suivis durant toute l’histoire : la profileuse Diane Silver qui enquête sur le meurtre atroce de prostitués, son ami et collègue français Yves Guéguen, qui enquête sur l’assassinat de deux adolescents, Sara et Victor, mère et frère de l’adolescente assassinée.
Et là, on se dit que tous ses personnages ont un lien avec les crimes français et américains, et donc avec le tueur. Mais lequel !!!????

J’ai beaucoup apprécié entrer dans l’intimité et la psychologie de Diane. Elle est torturée par l’assassinat de sa fille commis par un serial killer et a sombrée dans l’alcool et la dépression. Nous nous retrouvons à travers ses pensées face à l’horreur de la nature humaine, aux vices et à l’égoïsme de l’homme, aux côtés sombres de l’être humain. Diane n’a plus aucune conscience morale, son but est d’attraper les tueurs en série, et ce par n’importe quel moyen…

Même si la résolution de l’énigme est un peu tiré par les cheveux, j’ai beaucoup aimé la fin du roman et j’ai été très surprise !!
On se laisse porter tout au long de cette enquête et la fin du livre est arrivée bien vite !!

Quelques passages :

p150. « Avouer, c’est s’absoudre. C’est également, parfois, polluer l’autre avec des regrets, des souvenirs qui ne lui appartiennent pas et qu’il n’a aucune envie de supporter. »
p 162. « La rage est plus simple, tellement plus confortable qe la souffrance, car la première a une fin. Pas la seconde. »
p164. «  C’est ça, l’humanité, Sara. Quelques sauveteurs contre une horde de prédateurs. »

Merci à Livraddict et aux éditions Livre de Poche. J’ai fait là une belle découverte !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.