La Cour des Dames de Franck Ferrand

cour des dames, tome 1Cette critique reprend les deux tomes :  la régente noire et les fils de France.

Ces deux livres mettent en scène la vie de la cour de France de François 1er puis de Henri II, et en particulier l’influence des femmes sur la politique du roi. Dans le premier tome, on suit les manœuvres et le pouvoir de la mère du roi, Louise de Savoie. Etant régente elle a dirigé la France sous les yeux de tous, puis lorsque François 1er accèdera au trône, elle le guidera toute sa vie.  L’auteur montre en particulier comment « la régente noire » s’est acharnée sur la perte du connétable de Bourbon. Dans le deuxième tome, suite directe du premier, on suit la guerre qui oppose catholiques et réformés, et donc opposant à la cour la maîtresse en titre du roi, Anne de Pisseleu, et Diane de Brézé, future Diane de Poitier. L’auteur met également en scène deux personnages fictifs, Simon et Gautier de Coizay, écuyers de leur état, « témoins privilégiés » des manœuvres de cour.

Je dois dire que ces livres sont extrêmement détaillés d’un point de vu historique. La recherche des évènements qui ont réellement eu lieu a dû être importante. On sent que l’auteur maitrise la vie au XVIème siècle, et les évènements qui se sont déroulés le long des règnes de François 1er et d’Henri II.

Pour sa narration, l’auteur a pris le parti de se focaliser sur certains évènements précis des différents règnes et de montrer quel rôle a joué chaque personnage, tout en gardant le style de la narration romanesque. Ceci impliquant donc que l’auteur fait de nombreuses ellipses dans ses romans, à vrai dire entre chaque chapitre. Cependant l’auteur ne cherche pas à nous perdre, donc les ellipses sont assez courtes et le narrateur revient sur les évènements qui expliquent la situation. De plus, une série de notes accompagnent les textes pour appuyer la réalité historique des évènements. Je dois avouer que ce n’est un style de narration avec lequel j’accroche particulièrement, mais il ne dessert pas forcément l’histoire. J’ai eu parfois du mal a suivre, mais c’est plus dû au fait que je me souvenais pas où j’en étais dans ma lecture, que du style.

cour des dames, tome 2Le gros reproche que j’ai à faire à ces livres est la présence même des deux seuls personnages fictifs, Simon et Gautier. En lisant la 4ème de couverture, je me suis dis que l’on allait voir les évènements de cette période à travers les yeux de ces deux personnages. Or il s’avère qu’ils interviennent sporadiquement dans le récit et qu’ils ne sont pas irremplaçables. En refermant le deuxième je me suis vraiment demandée à quoi ils servaient. Soit l’auteur ne les a pas assez utilisés soit il n’aurait pas dû les mettre. Pour dire franchement j’ai l’impression qu’ils ne servent à rien. Ils n’apportent rien au récit ni à l’histoire à proprement parlé. Etant donné qu’ils n’ont pas eu d’existence réelle, ils n’ont pas d’action sur le déroulement du récit, et comme ils ne sont présents que de temps en temps, ils ne peuvent pas réellement témoigner des évènements historiques. Ainsi on suit le récit plus souvent avec des personnages réels, tel que Diane de Poitier ou Marguerite de Navarre, qu’avec nos deux écuyers.

Enfin un petit récapitulatif des différents personnages, de leur fonction et de leur « camp », ne serrait pas de trop, car un aide mémoire peut être bénéfique.

En résumé, ces deux tomes sont d’une grande richesse historique, et donc deviennent une manière très ludique de connaître les évènements se déroulant sous François 1er, et Henri II ensuite. Par contre le style de narration pourra en perturber certains, voire leur déplaire, et l’utilisation des deux personnages fictifs est insuffisante.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Ha je ne connaissais absolument pas mais vu la critique et l’ébauche d’histoire, ça me donne vraiment envie 🙂