Au pays de l’Ailleurs de Tahereh Mafi

Depuis que j’ai lu la trilogie Insaisissable, j’ai été une grande fan. Quand j’ai entendu que Tahereh Mafi avait sorti un autre livre, je me suis tout de suite jeté dessus…

Son écriture est si lyrique et unique, et c’est un grand plaisir à lire.

Moins vous en saurez sur ce livre, mieux c’est. Tout ce que je vais vous dire, c’est qu’il s’agit d’une fille, Alice Alexis Queensmeadow, qui a perdu son père et a besoin d’aller le trouver. Elle est aidé par un garçon nommé Oliver, dont elle déteste absolument. C’est tout ce que je vais vous dire. L’intrigue de cette histoire est très bonne, oui, mais ce qui fait vraiment se démarquer est le style signature de Mafi.

C’était un livre original et amusant. La langue était un peu étrange parfois – ou du moins la structure du monde l’était. Je suggère juste d’aller avec et de ne pas essayer de comprendre tous les détails. Au fur et à mesure que vous lisez, vous deviendrez de plus en plus habitués au monde et bientôt tout aura du sens.

Au début, j’ai trouvé le monde fantastique, Ferenwood, un peu effarouché. C’est très différent de la nôtre et ça été un peu difficile de rentrer dedans pour cette raison. Après cinquante pages cependant, ce n’est plus un problème. Vous serez aspiré dans un monde magique, qui rappelle Harry Potter et Alice au pays des merveilles. Il a tout ce qu’un livre fantasy classique devrait avoir, une histoire de création fantaisiste, des descriptions luxuriante de l’entoure, des créatures intéressantes et un système magique intrigant, eh bien, vous avez l’idée.

Les personnages étaient merveilleusement complexes. Le personnage principal, Alice, était un personnage amusant à suivre et à connaître. Elle était la seule personne à Ferenwood pâle et sans éclat de couleur. Dans ce monde, vous pouvez voir combien de magie une personne a par la façon dont ils sont brillants. Donc, étant pâle et dépourvu de couleur fait Alice regardé vers le bas et balayé par les gens autour d’elle … même sa propre mère. Il y avait une profonde tristesse en elle et je me sentais si triste pour elle. La seule personne qui la dynamisait et la faisait se sentir digne était son père. Qui a disparu depuis des années, laissant Alice seule. J’ai absolument aimé ce monde et le voyage que les personnages ont pris. Je pense que les lecteurs de tous âges adoreront cette histoire.

Je remercie les éditions Michel Lafon pour ce partenariat.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.