Les Rivières pourpres de Jean-Christophe Grangé

Résumé: Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l’Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position foetale. Qui est l’auteur de cette mise en scène macabre ? Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s’occuper : l’école primaire a été visitée et le tombeau d’un enfant profané. Au départ bien distinctes et à des lieux l’une de l’autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n’en faire qu’une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.

Biographie de l’auteur: Après une maîtrise de lettres à la Sorbonne (axée sur Gustave Flaubert), il devient rédacteur publicitaire, puis travaille pour une agence de presse. En 1989, à 28 ans, il devient grand reporter international, travaillant pour des magazines aussi divers que Paris Match, le Sunday Times ou le National Geographic.

Puis il devient journaliste indépendant en créant la société L & G. Dès lors, il se débrouille pour monter financièrement tous ses voyages lui-même. Les reportages qui en sont issus, le mènent aux quatre coins du monde et constituent une importante source d’inspiration pour ses écrits littéraires. C’est au cours de cette période qu’il obtient deux récompenses importantes dans le monde journalistique : le Prix Reuter (1991) et le Prix World Press (1992).

En 1994, il écrit son premier roman Le Vol des cigognes, plus remarqué par les critiques littéraires (qui vantent son « imagination féconde ») que par le grand public. Toutefois, son second roman paru en 1998, les Rivières pourpres, ne passera pas inaperçu. Le succès auprès du public se confirmera d’ailleurs en 2000, année où le roman est adapté au cinéma.

En cette même année 2000 paraît Le Concile de Pierre. En 2003, il publie L’Empire des loups. En 2004 sort La Ligne noire, premier tome d’une trilogie de romans sur la « compréhension du mal sous toutes ses formes ». Au niveau des ventes, le succès ne se dément pas avec le deuxième volet de cette trilogie, Le Serment des Limbes sorti en 2007.

Parallèlement à sa carrière de romancier, il continue à travailler pour le cinéma : outre l’adaptation des Rivières pourpres, il a également écrit le scénario de Vidocq (de Jean-Christophe Comar dit Pitof en 2001) et a collaboré à la plupart des réalisations ou projets tirés de ses romans.

Il s’est lancé dans l’écriture d’une histoire originale pour une bande dessinée en trois volumes, La Malédiction de Zener, dessinée par Philippe Adamov. Il s’agit du prologue du roman Le Concile de Pierre.

Il sort Miserere en 2008 et La forêt des Mânes le 2 septembre 2009 (fin de la trilogie du mal, après La Ligne noire et Le Serment des limbes). Selon l’auteur, il s’agit d’« une remontée vers le Mal primitif et préhistorique ».

Le Passager, son dernier roman, sort en septembre 20111,2. Il collabore aussi au scénario et à la production de Switch avec Frédéric Schoendoerffer.

Il est le père de trois enfants, Louis, Mathilde et Ysé. Il a vécu auprès de la journaliste Virginie Luc.

Mon avis: Avec ce livre, je ne partais pas dans l’inconnu car j’ai eu un bel aperçu du livre dans le film!!
Cependant, pour apporter une critique constructive, il vaut mieux avoir lu le livre!!
Tout d’abord, quelle intrigue qui nous emmène dans une université réservée aux élites mais qui est très affaibli par la consanguinité et qui met en place un complot immonde pour apporter du sang neuf à cette université!!
Et dans un autre temps, on suit une profanation de cimetière et le cambriolage d’une école à 300 kms de là!! Comment ses deux affaires peuvent elles être liées?
J’ai beaucoup aimé suivre ces deux policiers dans leurs enquêtes respectives, Pierre Niémans qui est un flic au bord de l’abîme et Karim Abdouf qui lui, a sa 1ère vraie enquête depuis qu’il est arrivé dans ce petit village, qui ressemble plus à un voyou qu’à un flic!!
On suit les enquêtes en voyant ce profiler quelque chose de très déplaisant!! On éprouve de moins de moins de compassion pour nos victimes et de plus en plus pour notre meurtrier!!!
J’ai adoré le style d’écriture de Jean Christophe Grangé et ça m’a donné envie de découvrir plus en profondeur cet auteur!!

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Grangé est un auteur passionnant. Personnellement je suis fan, si tu veux poursuivre la découverte de cet auteur, n’hésite surtout pas! Un petit coup de coeur pour Le Passager.