La femme de tes rêves d’Antonio Sarabia

« Journaliste sportif au Sol de Hoy, Hilario Godínez a des relations ambiguës avec le monde de sa petite ville de la province mexicaine. Une inconnue lui écrit des lettres d’amour depuis dix ans, il n’a aucune idée de son identité. Lui qui rêvait d’être écrivain et dont la carrière littéraire semble définitivement compromise conquiert des admirations encombrantes chez les tueurs du cartel local grâce à ses chroniques de foot.

Le jour où on retrouve dans un dépotoir le corps du brillant footballeur Torito Medina – enfin, une partie du corps –, tout dérape. Il se retrouve en première ligne et se lance dans la résolution de l’énigme. Au passage il drague la jolie chroniqueuse mondaine de bonne famille qui lui révèle tout un univers de plasticiens et de galeristes.

Son admirateur musclé le met en garde mais il s’obstine dans sa recherche du salaud qui s’amuse à semer les cadavres incomplets dans la ville effrayée. »

L’intrigue était prometteuse, le sujet -l’enquête d’un journaliste sur ces trois meurtres sur fond de narcotrafic- intéressant. Pourtant, dès les premiers chapitres, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. La narration m’a un peu surprise, les innombrables apostrophes au personnage principal (plusieurs répétions de « Hilario Godinez » par page) m’ont un peu déconcertée.

Le roman est court (175 pages) et se lit vite. L’écriture est fluide et le rythme rapide. J’ai d’ailleurs regretté la brièveté de l’histoire. A peine installée dans le récit, j’ai eu l’impression que l’histoire filait sans réellement entrer dans des sujets de fond.

Le narcotrafic ou les enlèvements sont traités en filigrane. Le dévoilement du meurtrier est un peu bâclé (quelques pages à peine lui sont consacrées) et le motif des meurtres- assez déroutant- m’a vraiment déçu. J’aurais souhaité que « la relation » entre le journaliste et Toni, le narcotrafiquant, soit plus approfondie.

Seule la relation d’amour d’Hilario et de l’une de ses prétendantes connait une vraie fin, bien que l’identité de l’une de ses aspirantes demeure toujours aussi floue, une fois la lecture achevée.

Ce roman m’a vraiment surprise, ma lecture fut plaisante mais surtout surprenante. J’ai eu l’impression de rester sur ma faim, de connaître à peine les personnages pour les voir s’échapper. Dommage..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.