Echange Fatal de Siobhan MacDonald

* Titre : Echange Fatal
* Auteure : Siobhan MacDonald

Chronique :

Comme souvent avec les thrillers à peine avoir lu quelques pages/chapitres qu’on se fait déjà des idées ou plutôt des conclusions hâtives. Je ne sais pas vous mais moi j’ai toujours cette manie de vouloir faire ma propre enquête et de vouloir débusquer « l’assassin » avant même qu’il y est eut crime. Il faut dire que tout nous laisse supposer que c’est un tel ou un tel, des indices nous sont donnés nous menant sur de fausses pistes, tous les personnages sont des tueurs potentiels avec un mobile plausible.

Dans ce thriller, nous avons affaire à deux familles : d’un côté les O’Brien, de Limerick (Ireland) et de l’autre côté de l’Atlantique nous avons les Harvey, de Manhattan (Etats-Unis). Au fil de la lecture on remarque une certaine similitude entre ces deux familles, au premier abords on pourrait considérer que les O’Brien et les Harvey sont sans soucis, sans problèmes et vivent leur petite vie tranquille, mais la réalité est tout autre. Comme on dit : derrière une porte fermée on ne sait pas ce qui se passe chez les gens et chaque famille à ses propres soucis et tracas du quotidien qu’ils tentent de bien garder.
Infidélité, trahison et meurtre … sont les mots d’ordre de ce thriller.

Pour oublier ces mauvaises passes Kate O’Brien et Hazel Harvey pensent que des vacances pour elles et leur famille serait une bonne idée, mais l’argent n’est pas au beau fixe d’où cet échange de maison qui semble une bonne option pour les deux familles de passer des vacances à moindre coût. Mais les vacances tant attendues ne vont pas se passer comme prévu…

Pour un premier roman, Echange Fatal est plutôt encourageant pour les prochains livres de l’auteure, même si celui-ci n’est pas parfait, il contient toutefois une idée/trame qui me semble vraiment originale dans son genre. le choix fait par Siobhan MacDonald de débuter ce thriller sur un simple échange de maison est brillant, on ne peut en aucun cas dire que ce genre de scénario est du déjà vu. En tout cas, pour ma part j’ai apprécié cette innovation, cette nouveauté. D’ailleurs j’ai apprécié l’histoire dans son ensemble, la manière dont l’auteure nous mène par le bout du nez en nous faisant croire que c’est tel ou tel personnage car il a un comportement louche et donc qu’il cache forcément quelque chose… et puis non, c’est celui-ci parce qu’il veut se venger, on ne sait plus qui croire ni quoi penser tellement que l’auteure nous donne du grain à moudre. Et franchement j’ai beau me douter que je sois dans le faux car sinon ça serait trop facile, j’ai réussi malgré moi à tomber dans le panneau et à me faire avoir.

Toutefois au fil de la lecture on devine assez facilement la tournure des événements concernant le meurtre sans pour autant mettre un nom sur l’assassin. Pour ma part cette énigme est restée un mystère jusqu’à la fin du roman où le meurtrier est officiellement dévoilé, et là j’avoue que ça a été la surprise totale ! Je m’y attendais pas du tout, j’ai soupçonné quelques personnages en particulier et d’autres pas plus que ça en faite car ils n’avaient a priori pas le profil et voilà que c’est ceux qui ont l’air les plus amicaux, les plus « normaux » qu’on ne soupçonnerait qu’ils puissent être l’auteur de tels excès de violence, et qui en réalité se révèlent les plus atteints mentalement. D’où l’expression il faut se méfier des apparences.

Jusque-là le livre a comblé toutes les attentes que j’attends d’un thriller, et pourtant j’ai la sensation, le sentiment qu’il n’a pas été si haletant que ça, que l’auteure aurait pu pousser la chose. Je trouve dommage que l’auteure n’ait pas accentué/approfondi ce côté angoissant, oppressant qu’on ressent dans certains thrillers, je dirais qu’il m’a manqué un peu de ces petits éléments pour que ce roman soit parfait. Ensuite concernant la plume de l’auteure il n’y a rien à redire c’est fluide, c’est accessible (pas de problème de compréhension, pas de mots ou d’expressions compliqués), on sait de quels personnages on va parler car à chaque début de chapitre c’est indiqué, c’est très carré à ce niveau-là.

Bref, tout ça pour dire que j’ai passé un très bon moment en lisant ce premier roman de Siobhan MacDonald. Et que malgré quelques petits défauts, il reste plutôt pas mal dans son genre.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Hum un bon thriller pour reprendre dans se genre de lecture car j’en avais lui deux un peu sanglant donc je me suis dit STOP pour le moment. Mais celui me plais pas mal, merci pour ton article.