L’idéaliste de John Grisham

Résumé :

Le jeune avocat Rudy Bailor veut savoir si la Great Benefit est véritablement responsable de la mort du fils de Buddy et Dot Black. Cette puissante compagnie d’assurance de Memphis a en effet refusé la prise en charge d’une greffe de moelle épinière qui aurait pu sauver l’enfant de ce couple de vieillards, blancs mais démunis. Ce scandale change Rudy des affaires minables que lui confie d’ordinaire son patron, un raté que la corruption n’effarouche guère. Il découvrira que naître blanc mais pauvre dans une ville du Sud des États-Unis n’est parfois pas plus enviable que d’être noir et marginal.

Mon avis :

Avant de donner mon avis sur ce livre, je tiens à relever un petit bémol du résumé ; je n’ai pas compris de rapport entre la phrase « Il découvrira que naître blanc mais pauvre dans une ville du Sud des États-Unis n’est parfois pas plus enviable que d’être noir et marginal. » et le livre, mais ce n’est peut-être que moi. Excepté ce petit bémol, le résumé présente bien l’histoire, qui est assez intéressante d’ailleurs. Il y a de nombreux éléments qui arrivent au fur et à mesure de l’histoire et  qui maintiennent l’envie de continuer ce roman. Comme dans tous ces romans, Grisham cherche à dénoncer un fait social présent aux Etats-Unis, et dans ce cas il n’est pas difficile de voir qu’il veut dénoncer ces assurances qui sont prêtes à tous pour parvenir à leur fin. Bref, c’est un bon livre, qui se lit facilement, et qui est assez intéressant. Par contre, je ne le conseillerai pas à ceux qui veulent du suspens jusqu’à la dernière page car le verdict est vraiment prévisible ; un juge qui a une dent contre les assurances, des preuves accablantes et indéniables…. Rien qu’en vous disant ça vous devez déjà avoir une idée du verdict. Sinon j’ai été assez déçu par la fin, et par ce que fait notre protagoniste.

Ma note : 7.5/10

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    1. Moi aussi j’ai été asssez déçu sur ce point car j’avais lu avant ce livre d’autre livres de Grisham, et je trouvais qu’il arrivait bien à maintenir son lecteur en haleine jusqu’au bout. Mais je suis d’accord avec toi sur le fait que c’est quand même un bon livre (mais c’est loin d’être le meilleur de Grisham).