Le château : Les Ferrailleurs de Edward Carey

Le château
Résumé :

Au milieu d’un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, assemblage hétéroclite d’objets trouvés et de bouts d’immeubles prélevés à la capitale, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, dont il devra prendre soin toute sa vie. Clod, notre jeune héros, a ainsi reçu une bonde universelle – et, pour son malheur, un don singulier : il est capable d’entendre parler les objets, qui ne cessent de répéter des noms mystérieux…
Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît ; les murmures des objets se font de plus en plus insistants ; dehors, une terrible tempête menace ; et voici qu’une jeune orpheline se présente à la porte du Château…

Mon avis :

On s’aventure dans un manoir poussiéreux, mystérieux, entouré d’objet dont chacun à son histoire. L’univers d’une maison ou l’ambiance est proche d’un vieux grenier dans une maison abandonnée, inhabité. Ce lieu, nous embarque dans un univers cocooning contrebalancé par une place sombre, lugubre qui se trouve à l’extérieur, la marée de détritus, qui nous engouffre, nous étouffe.

On suit les deux personnages principaux que tout sépare à premier vu, Clod, petit fils de la grande famille des Ferrayors qui dirige, exploite, ont le droit de vie ou de mort sur tous leur sujet. Lucy, une ferrailleur, une domestique de la nuit, fillette orpheline qui rêve de liberté. Ces personnages vont former un duo explosif, Lucy prouve a Clod, qu’il peut être sur de lui, aventurier, défier les règles du manoir, lui, qui auparavant était montré du doigt, renié de la famille, se révèle et grandit dans l’avancé du livre.

Une histoire de secret de famille, d’intrigue, un lieu et un concept insolite. Autour des deux protagonistes, s’articule une multitudes de personnage qui jouent un rôle important, tous a leur manière, ces acteurs ont une histoire, un mal être, des envies et des caractères différents qui font avancer l’histoire, chacun a sa place, pas un est en surplus. Les personnages sont attachants, on adore, on aime, on déteste, on méprise, on ne s’ennuie pas, le rythme est soutenu et nous tien en haleine jusqu’à une fin fantastique, dramatique et inattendue, un univers totalement assumé du début jusqu’à la dernière page.  Premier tome d’une trilogie qui s’annonce prometteuse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.