Rebecca de Daphné Du Maurier

Résumé:

Sur Manderley, superbe demeure de l’ouest de l’Angleterre, aux atours victoriens, planent l’angoisse, le doute : la nouvelle épouse de Maximilien de Winter, frêle et innocente jeune femme, réussira-t-elle à se substituer à l’ancienne madame de Winter, morte noyée quelque temps auparavant ? Daphné du Maurier plonge chaque page de son roman – popularisé par le film d’Hitchcock, tourné en 1940, avec Laurence Olivier et Joan Fontaine – dans une ambiance insoutenable, filigranée par un suspense admirablement distillé, touche après touche, comme pour mieux conserver à chaque nouvelle scène son rythme haletant, pour ne pas dire sa cadence infernale. Un récit d’une étrange rivalité entre une vivante – la nouvelle madame de Winter – et le fantôme d’une défunte, qui hante Maximilien, exerçant sur lui une psychose, dont un analyste aurait bien du mal à dessiner les contours avec certitude. Du grand art que l’écriture de Daphné du Maurier, qui signe là un véritable chef-d’oeuvre de la littérature du XXe siècle, mi-roman policier, mi-drame psychologique familial bourgeois.

Mon avis:

C’est un coup de cœur ! L’histoire elle-même est passionnante. Dès la toute 1ère page on veut savoir ce qui est arrivé à la narratrice, et à peine a-t-elle commencer son récit l’intrigue prend forme, petit à petit. Chaque élément a sa place, sa signification et ses répercutions. La tension monte jusqu’à ce que le suc pence soit à son comble et que l’on ne puissent plus lâcher de livre.

L’atmosphère est tout d’abord légère, très vite elle devient lourde et tendue puis oppressante. Mais cela se fait subtilement. Il n’y a pas d’excès et ça ne tombe jamais dans la caricature.
Cette histoire n’est pas vraiment « noire ». L’atmosphère tendue n’est dominante que lorsque le sus pence augmente. Sinon on va et vient entre une certaine noirceur et au contraire une légèreté et une douceur rafraichissante.

Il y a peu de personnages. La narratrice, qui est le personnage « principal » n’est connue qu’entent que 2ème Mme de Winter, elle est très effacée et l’on s’attache à elle. Maxim de Winter, son époux, nous est tout de suite sympathique.
Les personnages que l’on pourrait qualifier de « secondaires » sont extrêmement importants et ont donc une grande place. J’ai trouvé que les personnalités étaient vraiment bien développées, l’auteur à sut leurs donner du relief.

Les lieux ont une place importante dans l’histoire, surtout Manderley et ses alentours. Le jardin, les bois, la « Vallée Heureuse », la crique avec sa maisonnette.

J’ai particulièrement aimé la façon dont les éléments sont décrits et sont les « indicateurs » de la « gravité » des scènes. La lumière, le soleil, le vent, la brume, les nuages, la pluie, la foudre, les odeurs et les bruits sont constamment présents.

Le style de l’auteur est facile à lire. Absolument pas plombant. Bien au contraire j’ai à plusieurs reprises relus certains passages, pour leur beauté ! Les descriptions, dont je ne suis habituellement pas amatrice, m’ont tout simplement enchantée ! Ce n’est certainement pas le dernier Daphné du Maurier que je lis !

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. C’est un livre que je lirais tôt ou tard car je n’en ai jamais eu l’occasion. Et en te lisant, je crois que se sera pour bientôt.

  2. Souvenirs, souvenirs…
    Trés bons souvenirs d’ailleurs : quand j’étais gamine il y a eu une très bonne adaptation télévisée de ce roman!!!