Le parfum de Patrick Süskind

Résumé de l’éditeur :

Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n’avait besoin de rien.

Or ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bel et bien d’un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l’univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ».

C’est son histoire, abominable… et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman très vite devenu un best-seller mondial, et aujourd’hui porté à l’écran.

Mon avis :

J’ai apprécié la lecture de ce livre que j’ai trouvé original et assez intrigant. Le personnage de Jean-Baptiste Grenouille est énigmatique et donne donc beaucoup d’intérêt à l’histoire. Ce qui est aussi intéressant, c’est que par moment, j’ai eu l’impression de vraiment sentir les odeurs décrites dans ce bouquin. Ce qui fait que j’ai été parfois emportée par d’agréables senteurs et parfois dégoûtée par certaines.

Cependant, ce livre n’est pas un coup de cœur car je déplore certaines longueurs qui m’ont rendu la lecture est un laborieuse à certains instants. De plus, je trouve la fin un peu tirée par les cheveux. Je ne sais pas mais je ne m’attendais pas à cela.

Bref, c’est un bon bouquin que je conseille surtout aux amoureux des parfums en tous genres mais ce n’est pas le meilleur que j’ai lu. De plus, lors de cette lecture, j’ai également profité de l’occasion pour voir le film que j’ai trouvé très bon et assez respectueux de l’histoire.

Je tenais à remercier Bambi-Slaughter de m’avoir choisi ce livre dans le cadre du challenge lancé par Magda_31, « choisir la prochaine lecture de sa PAL ». C’était une très bonne idée et tu m’as fait changer d’univers livresque, donc c’est nickel. Ce fut, malgré certains petits défauts, une belle découverte.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Oups, j’ai posté plus vite que mon ombre 😉 !

    Je disais que je n’avais pas remarqué les longueurs dont tu parles, mais que c’était il y a longtemps alors je ne me souviens plus très bien :p !
    Par contre, tout à fait d’accord, j’avais l’impression de sentir les odeurs décrites ! (Ce qui peut être glauque en fait :S)

    Et pour une fois qu’une adaptation reste fidèle à l’ambiance et à l’histoire d’un roman, c’est à souligner.