L’oiseau de mauvais augure de Camilla Läckberg

l'oiseau de mauvais augurePrésentation de l’éditeur

Patrik Hedström et sa nouvelle collègue Hanna Kruse ont à peine le temps de faire connaissance qu’ils sont déjà appelés pour un accident de la route près de Tanumshede. La conductrice est retrouvée morte: s’agit-il d’un accident ou bien d’un meurtre? Au cours de l’enquête, le cadavre d’une actrice de télé-réalité est découvert dans une benne à ordures. Patrik et Hanna ont affaire à des menaces anonymes, un journal intime, des meurtres inexpliqués dans toute la Suède et un indice capital: une page du conte Hansel et Gretel déposée près des cadavres. La chasse au tueur en série commence!

Mon avis

Après avoir été déçue par les trois premiers tomes de la saga Erica Falck/Patrik Hedström – les romans de Camilla Läckberg m’avaient été recommandés comme étant vraiment captivants, ce qui n’est pas le cas à mon sens – je dois avouer que l’oiseau de mauvais augure m’a bien plu. Cette fois-ci, le récit est centré sur l’enquête, ce qui justifie alors le qualificatif de « policier ».

J’ai bien aimé aussi le fait que l’action soit ancrée dans l’époque actuelle, ceci grâce au rapport à la télé-réalité. On apprend à connaître des personnages qui considèrent ce genre d’émissions comme leur dernière chance de se faire un nom ou comme une échappatoire à leur vie morose, ce qui n’est sûrement pas loin de la vie réelle. En parallèle, on apprend que les policiers de Tanum travaillent toujours avec des disquettes, ce qui ne peut qu’arracher un sourire au lecteur.

Comme d’habitude dans cette saga, les indices et les preuves faisant avancer l’enquête ne sont dévoilés que très tard au lecteur. Celui-ci suspecte toutefois très rapidement les coupables et le dénouement reste prévisible.

Grâce au fait que le récit est focalisé cette fois sur l’enquête, la vie privée des différents personnages passe au second plan. Ceux qui attendaient avec impatience d’en savoir plus sur la vie d’Anna seront sûrement déçus, puisque le sujet est vite conclu. Ceci dit, elle n’a qu’un rôle secondaire dans cette saga.

En ce qui concerne le style d’écriture, le roman est plutôt agréable à lire. Cependant, de nombreuses répétitions sont à noter au niveau des tournures censées augmenter le suspense, aussi bien au cours de ce roman que dans l’ensemble de cette saga.

Pour finir, l’ouverture sur le tome suivant, l’enfant allemand, incite fortement à lire la suite si l’on souhaite connaître certains secrets de la famille d’Erica.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    1. Je pense que « le tailleur de pierre » est celui que j’ai le moins aimé jusqu’à présent. J’avais l’impression que l’enquête en elle-même n’avait aucune importance.