Cet Homme-là, Eve de Castro

“Elle a joué tapis sans même l’avoir embrassé. Toute sa vie sur la table et elle ne connaissait alors de cet homme que deux grandes mains, une chaleur, une voix.”
Il vient du bout du monde, il n’a pas de diplôme, pas d’argent, pas d’attaches.
Elle est le fruit d’une éducation d’un autre âge, elle a une famille parfaite, un métier exigeant, un carcan de certitudes.
Il s’oublie dans le corps des femmes.
Elle se fuit dans les mots.
Depuis l’enfance, ils se cherchent.

Ils s’accrochent l’un à l’autre.
Ensemble, ils tombent au fond du puits.

Bonjour tout le monde !
Je m’appelle Lilith et j’ai l’honneur d’être publiée pour la première fois sur le blog de Livraddict pour vous livrer mon avis sur Cet homme-là d’Eve de Castro que j’ai eu la chance de lire en partenariat avec les Editions Robert Laffont ! Vous pouvez également trouver cette critique sur mon blog !

Ce qui m’a attirée vers ce livre, c’est sa couverture. Je sais qu’on ne juge pas un livre à sa couverture – et dans le cas de Cet homme-là, c’est dommage – mais en la découvrant la première fois, j’ai imaginé un roman débordant de passion et d’emportements. Lorsque j’ai enfin reçu le livre, j’ai trouvé que c’était un très bel objet et sa double narration m’a plu. Je l’ai commencé sur le champ.

Cet homme-là d’Eve de Castro est divisé en deux parties : Enfances et Spirale.
La première partie raconte, comme de juste, alternativement l’enfance de Roméo – pauvre mauricien – et de Marie – fille de sangs bleus l’éduquant selon des principes aussi rigides que désuets – vivants chacun dans leur bout du monde respectif. La seconde partie, Spirale, décrit, toujours selon le principe de la narration alternée (une fois Marie, une fois Roméo), leur « vie commune ». Comment Marie abandonne sa vie pour être avec Roméo et comment Roméo tente de trouver sa place dans le monde formaté de Marie. Cette partie raconte leur chute « au fond du puits ».

Mon avis sur ce livre est mitigé pour plusieurs raisons :

Premièrement, la partie enfance est assez ennuyeuse, on ne sait pas combien de temps se passe entre chaque chapitre et on imagine toujours une Marie de huit ans alors qu’elle en a seize. Roméo, de son côté, « raconte » les choses au présent, comme il parlait à l’époque, n’ayant aucune connaissance du passé. C’est assez troublant et cela donne l’impression qu’il ne grandit pas et a toujours dix ans.

Deuxièmement, c’est une sorte de narration indirecte puisqu’on a l’impression de se trouver dans la tête des personnages mais que le récit est à la troisième personne. C’est étrange mais pas fondamentalement dérangeant, en réalité.

Troisièmement, si la narration alternée est une idée fantastique pour ce genre de roman, il n’en reste pas moins qu’une distance importante est établie avec le lecteur du fait du type de narration. Tout est raconté comme si cela s’était passé il y a fort longtemps mais en même temps, à cause de cette double narration, on a l’impression que les choses sont racontées au fur et à mesure. C’est une dissonance, un paradoxe assez désagréable.

Enfin, c’est un récit qui emmène ses protagonistes au fond d’un trou, qui les déchire et les laisse pantelants parce qu’il est fait de non-dits. Si les personnages s’étaient parlé vraiment, l’histoire n’aurait pas eu lieu de cette façon. Dans le genre, j’avais largement préféré Autant en emporte le vent. Cependant, c’est l’histoire qu’a voulu raconter Eve de Castro et si je n’y ai pas été très sensible (sans doute parce que je crois dur comme fer que ce genre de relations, où rien ne relie les êtres que le sexe et un amour que rien n’explique, où les personnages n’ont rien en commun est voué à l’échec. Il faut pour moi un minimum de centres d’intérêts communs, sinon, rien ne fonctionne parce qu’on n’a rien à se dire.), j’ai apprécié son style, ses mots bien choisis, ses personnages à la fois caricaturaux et originaux (oui, je sais, c’est incompréhensible, donc lisez le livre si ça vous intrigue !) m’auraient plu si je m’étais sentie assez proche d’eux pour m’identifier à eux (mais c’est là que la narration intervient…).

J’ai beaucoup aimé l’idée de la double narration et de la double partie, tout est double dans ce livre et c’est ça qui est bon, puisqu’il s’agit avant tout de l’histoire de deux personnes. J’ai apprécié les essais qu’Eve de Castro a fait sur la narration (même s’ils m’ont empêchée d’apprécier), c’était très original (oui, je sais, je suis paradoxale).

Enfin, je voulais glisser un mot sur une chose que j’ai trouvé étrange, dans ce livre. Peut-être est-ce fait exprès mais je voulais le souligner : Eve de Castro a choisi d’appeler son héroïne Marie del Prato et d’en faire un auteur qui écrit son histoire avec Roméo. De plus, le livre est dédié au « petit garçon sous la veranda », qui est le plus cher souvenir de Roméo dans l’histoire. L’entremêlement de l’histoire et de la réalité est troublant. Est-ce du vécu ou bien c’est ce qu’elle essaie de nous faire croire ?

En résumé, l’histoire ne m’a pas touchée parce que je n’aime pas ce genre d’histoire. J’ai apprécié le style d’Eve de Castro et si la narration choisie m’a éloignée de l’histoire encore plus, je ne regrette pas d’avoir découvert cet auteur et je tenterai peut-être de lire d’autres de ses livres !

Merci beaucoup aux éditions Robert Laffont de m’avoir permis de découvrir cet auteur et ce livre !

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Coucou =)
    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton avis sur ce roman que j’ai également lu !! Je te rejoins sur beaucoup de points, si ce n’est que contrairement à toi je n’ai pas apprécié la plume d’Eve de Castro..
    Ce que tu dis à propos de leurs centres d’intérêts m’a fait réfléchir.. Je pense que l’auteure a réuni les personnages parce que -justement- ils avaient un point commun : leurs enfances douloureuses , même si ce n’est pas pour les mêmes raisons… J’ai donc,une autre vision que toi sur ce qu’il a réuni, et tu peux découvrir celle-ci sur mon blog – car j’ai moi aussi rédigé mon ptit truc post-lecture ^^ !
    Je trouve que ton avis complète très bien le mien, car tu abordes des points que je n’ai pas développés, alors que je te rejoins complètement ! (par exemple, sur les problèmes de lecture liés à l’âge des protagonistes)
    @ bientôt et bonnes lectures!!!
    Jennifer !