Dire Non d’Edwy Plenel

dire nonMerci aux éditions Points, qui, en partenariat avec Livraddict, m’ont offert l’opportunité de lire et de chroniquer Dire Non, d’Edwy Plenel.

Présentation de l’éditeur:

La France ressemble ces temps-ci à un Titanic dont l’équipage dirigeant irait droit vers l’iceberg, le sachant et le voyant mais ne trouvant rien pour l’empêcher. Économique, sociale, démocratique, européenne, culturelle, écologique, etc. : les crises s’accumulent dans une confusion du sens et une perte de repère dont aucune force ne semble capable de dénouer les fils, à l’exception des tenants de la régression la plus obscure vers le plaisir de détester ensemble – les Roms, les Arabes, les Juifs, les étrangers, le monde, les autres, tous les autres.

Nous ne sommes pas condamnés à cette fatalité. Urbaine, diverse et mêlée, dynamique et inventive, la France telle qu’elle est et telle qu’elle vit n’est pas conforme à cette image de régression, de division et de repli. Mais, entre cette réalité vécue et la politique supposée la représenter, le gouffre ne cesse de se creuser. Aussi la crise française est-elle d’abord une crise politique, crise de représentation, crise des institutions, fin de régime. Celle d’une République épuisée, à bout de souffle, impuissante et illisible, condamnée à vivre dans l’instant sans que le passage de l’hystérie sarkozyste à l’apathie hollandaise change la donne.

Allons-nous subir ou réagir ? Ne nous revient-il pas, dans la diversité de nos attentes et de nos espoirs, de relever la France en réinventant sa République, une République enfin conforme à sa promesse de liberté étendue, d’égalité approfondie et de fraternité retrouvée ? Ne sommes-nous pas requis, sauf à définitivement accepter cette servitude volontaire des peuples qui ne savent plus dire « non » ? Dire non est cet appel au sursaut, un sursaut démocratique et social qui rassemble et conforte afin de trouer l’épais brouillard qui, aujourd’hui, voile l’espérance.

Mon avis:

Dans ce petit opus de 150 pages, Edwy Plenel, co-fondateur de Mediapart, livre une analyse de l’état du système politique français teintée d’érudition mais humble et abordable. Le journaliste met au jour plusieurs éléments caractérisant la politique contemporaine, avec en tête de liste une déception non dissimulée à l’endroit du Président Hollande, qui s’était présenté comme candidat à une « présidence normale » et se révèle être le même omniprésident que son prédécesseur. Edwy Plenel, s’il confesse s’être attendu à une déception, regrette l’absence de rupture, la trahison du vœux de changement, leitmotiv de la campagne de 2012. Il évoque les faiblesses historiques de la gauche mais il met surtout le doigt sur une évidence que l’on ne répètera pourtant jamais assez: la France n’a plus ni débat ni projet politique. Les visions court-termistes se substituent à la construction de projets de sociétés, les mesures spectacles supplantent les réformes structurelles, faisant de notre pays un empilement de petites réformes et de mini-compromis dont l’action en profondeur est quasi-nulle. Les gouvernements prennent « dans l’urgence » des « décisions difficiles mais inévitables » pour limiter l’impact de crises dont la responsabilité ne leur est pas imputable.

Responsabilité, c’est peut-être le mot-clé de ce petit ouvrage, qui n’est ni plus ni moins qu’une invitation à réfléchir au moyen de porter un projet républicain fondé sur l’idéal de démocratie sous-tendant, au moins en théorie, la construction de notre nation et de notre régime politique. Les élus sont des « responsables politiques », ils n’ont donc pas le droit de se présenter comme acculés et sans solution, ou alors ils avouent leur incompétence à exercer les fonctions sur lesquels ils se sont portés candidats (ma lecture du texte d’Edwy Plenel, qui ne dit pas explicitement cela mais ne dit rien qui interdise de le penser). L’auteur rappelle également que le journaliste est également responsable de l’information qu’il diffuse, et que s’il se place dans une position plus confortable lorsqu’il se rapproche du pouvoir, il prend le risque de se compromettre dans son devoir et dans son rôle de lanceur d’alerte ou d’analyste auprès du public qui le lit ou l’écoute.

Enfin, l’auteur revient sur le débat lancé par le gouvernement du Président Sarkozy autour de l’identité nationale et sur la nécessité pour la France de reconnaître sa responsabilité, peut-être sa dette, auprès de ces anciennes colonies, afin de mieux accepter et mieux composer avec a diversité des parcours qui la composent. Pour moi, un débat lancé par des responsables politiques appelle une réponse politique: telle qu’elle était posée, la question de l’identité française aurait surtout dû appeler l’élaboration d’un projet politique et idéologique commun permettant de situer notre pays dans l’espace communautaire européen et dans le monde, une mise au point concernant les valeurs que nous souhaitons collectivement incarner et défendre sur les plans géo-politiques et socio-économique. L’occasion d’un rappel, peut-être, de notre devise nationale: »liberté, égalité, fraternité », dont il serait bon d’interroger les applications.

Un essai court, clair, qui ne dit cependant rien de neuf à qui s’interroge déjà sur les objectifs et les pratiques de nos décideurs politiques, mais qui a le mérite d’ouvrir un peu plus la porte du débat, qu’il ne faut surtout pas refermer.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.