L’Ensecret de Bernard Fauren

Quatrième de couverture :

Récit autistique d’une errance à la recherche d’une marionnette mythique…
Gypsie m’avait toujours fasciné, car elle avait beau n’être que de bois, de tissu, et animée par des fils, elle paraissait infiniment vivante. Je pensais que cette magie n’était due qu’au procédé d’attache des fils sur le croisillon. La façon de les agencer était appelée autrefois « l’ensecrètement », car cela se pratiquait à l’abri des regards indiscrets.

Mon avis :

L’Ensecret présente de très nombreuses faiblesses. Outre les inévitables coquilles qui en parasitent la lecture, on peut relever de très nombreuses répétitions, notamment dans les descriptions, qui alourdissent considérablement le récit. Cette lourdeur est accentuée par une narration à la première personne particulièrement maladroite. Le texte regorge d’expressions comme « je vis que », « je m’aperçus que » « je ressentis (que) » « je sentis naître la pensée que », « j’eus la perception que » et j’en passe, le tout agrémenté de débuts de réflexions philosophiques de la part du narrateur, qui ne sont pas assez développées pour revêtir un quelconque intérêt. Ajoutons à cela une syntaxe incertaine et un usage inattendu de la ponctuation, et surgit l’impression déroutante que le livre n’est pas achevé. Seul point fort du récit, la présence de personnages insolites et marquants, malheureusement insuffisamment ancrés dans l’histoire par des dialogues qui manquent de justesse. C’est vraiment dommage, car l’idée de mettre en scène ce marionnettiste dans une quête fébrile pour la vie me semble plutôt intéressante et originale.
À mon sens, l’œuvre de Bernard Fauren tient plus du manuscrit d’auteur, sur lequel un travail éditorial digne de ce nom doit encore être fait, que d’un livre prêt pour la publication.

Je remercie les éditions Brumerge de m’avoir permis de lire L’ensecret, de Bernard Fauren.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.