La mort, j’adore! d’Alexis Brocas

J’ai eu la chance de découvrir La mort, j’adore ! d’Alexis Brocas grâce au partenariat avec les Editions Sarbacane. Je tiens à remercier Ania .B et Anaïs .M des éditions  Sarbacane ainsi que Jess du site Livraddict pour leur confiance.

Dans ce roman jeunesse, on découvre la vie pour le moins peu banale de Clémence, lycéenne  mais également Agente au service de l’enfer, oui puisque la jeune fille est une démone. L’histoire débute alors que Clémence s’introduit dans l’appartement d’un journaliste dans le but d’offrir sur un plateau d’argent une interview exceptionnelle de ses tribulations de démone qui sera, sans aucun doute, un tremplin dans la carrière du dit journaliste. Oui mais voilà, l’entretien forcé, qui durera toute la nuit, va s’avérer être un véritable cauchemar pour notre pauvre reporter car Clémence est prête à tout pour parvenir à ses fins et n’hésite pas à se servir de sa magie infernale pour se faire entendre.  Elle commence son récit par son adolescence difficile puisque n’ayant pas était gâtée par la nature, les camarades de Clémence n’hésitent pas à lui en faire voir de toutes les couleurs, en l’insultant copieusement et en se moquant de son physique ingrat. Tout y passe, ses bourrelets disgracieux, son acné plus que présent, ses cheveux gras comme de l’huile, bref la jeune fille à beaucoup de mal à s’intégrer au lycée, même sa meilleure amie Elodie a fini par lui tourner le dos. Jusqu’au jour où tout bascule. Invitée par le beau et ténébreux Ronald, à une soirée où l’alcool coule à flot, Clémence s’offre son premier coma éthylique.  A son réveil, Clémence apprend qu’elle est une démone envoyée sur Terre depuis les enfers pour faire le mal. Elle recouvre peu à peu ses pouvoirs ainsi que sa mémoire et fait d’Elodie, son ex-meilleure amie, sa suivante, à savoir, une zombie. Sous les ordres de son mentor et maître, Crépitus, la jeune démone doit accomplir plusieurs missions tout en continuant à aller au lycée… Elle raconte ainsi son histoire, de sa naissance au cœur même de l’enfer, de son apprentissage au sein de l’Académie du Sombre Royaume, de l’Adversaire, des anges, de son dessein sur terre, jusqu’à la grande révélation finale. Elle fait de son récit un véritable scoop pour le journaliste, en apportant des tas de détails et des preuves dont le pauvre reporter aurait largement pu se passer…

Voilà un roman qui, je le regrette, aurait du tomber entre mes mains bien plus tôt. A contre courant de tous les livres jeunesse, La mort, j’adore ! Saison 1, est un roman métaphorique astucieusement bien construit, sous forme d’interview découpé en chapitres très courts, où d’un côté, le lecteur se plonge dans le passé de Clémence et de l’autre au moment présent avec le journaliste. Un remake de « entretien avec un vampire » version démoniaque avec tout ce qui s’y rapporte vous vous en doutez ; humour gore, langage familier, situation à la fois cocasse et extravagante,  parodie en tout genre, en bref, La mort, j’adore ! Saison 1 est un roman complètement barré ingénieusement dans l’air du temps qui ne se prend pas au sérieux.

Pour ce qui est des personnages, je dois dire que j’ai été bluffée, Alexis Brocas a su se démarquer  en nous offrant une héroïne pas comme les autres. On est loin de la jeune et jolie adolescente bien sous tous rapports, Clémence est tout simplement moche et grossière. Elle est aussi attachante et on compatit vraiment pour elle, en raison de son physique, mais Clémence sait faire preuve d’autodérision ce qui fait d’elle un personnage peu conventionnel. Je dois dire que son franc parlé m’a beaucoup plu, son langage familier est décapant, certes, par moment vulgaire, mais qui colle parfaitement au personnage. Au cours du livre, on note une véritable évolution du personnage. Au début timide et renfermée, elle s’affirme vraiment lorsqu’elle se souvient de sa vraie nature, elle en devient même machiavélique pour le plus grand bonheur du lecteur. Elo, la zombie bimbo, m’a beaucoup fait rire également, son petit côté superficielle avec sa condition de zombie est plutôt comique. Crépitus lui, est LE méchant, (si je puis dire, étant donné qu’ils le sont tous plus ou moins, vu qu’ils viennent de l’enfer) c’est un démon ambitieux, il est l’instructeur de Clémence et il n’hésite pas à lui en faire voir de toutes les couleurs. Saustre quand à lui est un archidémon, il vient sur Terre « en visite de courtoisie » et va être de « bons  conseils » pour Clémence j’ai vraiment apprécié ce personnage même s’il n’est que très peu présent, j’espère vraiment le retrouver dans les tomes suivants. Les autres protagonistes sont tout aussi intéressants et ont tous une part d’importance dans le roman. En bref, Alexis Brocas nous a concocté tout une palette de personnages sympathiques aux caractères bien trempés.

La plume de l’auteur est simple et fluide, le roman est très bien écrit et se lit très vite (je l’ai dévoré en un après-midi !) en raison de ses courts chapitres qui donnent au lecteur l’envie d’en savoir toujours plus. J’ai beaucoup aimé la façon dont Alexis Brocas amène l’histoire, le lecteur se prend facilement au jeu, lorsque certaines tensions s’installent dans la trame, on finit par tenir du côté du MAL. Enfin et pour finir, la révélation à la fin du livre est vraiment extra, je ne l’ai pas du tout venu venir et en suis resté pour le moins perplexe. J’attends donc de voir la suite afin de savoir si cette fameuse découverte aura ou non des conséquences…

En conclusion, La mort, j’adore ! Saison 1 est un roman burlesque, bourré de clins d’œil et de métaphores sur une base de fantastique. Un livre à se procurer et à lire de toute urgence ! Pour ma part, je me plonge de ce pas avec allégresse dans la Saison 2. Je n’ai qu’un mot à ajouter : FONCEZ…

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.