Une odeur de gingembre d’Oswald Wynd

une odeur de gingembreMon résumé:

Sur un navire qui l’emmène auprès de son futur époux, attaché militaire en chine, Mary Mackenzie débute un journal qui la suivra tout au long de sa vie. A vingt ans, elle est pleine d’espoir envers son futur mariage et sa vie en Asie mais elle est vite confrontée à la vie de femme et de mère au foyer, délaissée par un mari peu démonstratif et avare et commet alors une faute impardonnable. Devant abandonnée sa fille, enceinte de son deuxième enfant issu d’une union avec un gradé japonais, elle fuit au Japon pensant trouver enfin le repos. Mais la vie de Mary, comme toutes les vies, sera faite d’une succession de joies et de malheurs dont seuls sa ténacité, son optimisme et son courage lui permettront d’en venir à bout.

Mon avis :

Une odeur de gingembre aurait pu être un chef d’oeuvre. Mais il lui en manque la profondeur: même si on observe l’évolution psychologique du personnage avec le temps, cela reste très superficiel tout comme l’environnement historique, géographique et sociologique dont l’auteur s’est servi mais sur lequel il aurait pu s’appesantir davantage. Par contre, on peut porter au crédit de l’auteur qu’on oublie rapidement que le roman a été écrit par un homme.

Un roman féminin bien écrit donc, mais sans grande consistance à mon goût.

Résumé de l’éditeur:

En 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle doit épouser Richard Collinsgsworth, l’attaché militaire britannique auquel elle a été promise. Fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers, Mary affiche une curiosité d’esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Une liaison avec un officier japonais dont elle attend un enfant la mettra définitivement au ban de la société. Rejetée par son mari, Mary fuira au Japon dans des conditions dramatiques. À travers son journal intime, entrecoupé des lettres qu’elle adresse à sa mère restée au pays ou à sa meilleure amie, l’on découvre le passionnant récit de sa survie dans une culture totalement étrangère, à laquelle elle réussira à s’intégrer grâce à son courage et à son intelligence. Par la richesse psychologique de son héroïne, l’originalité profonde de son intrigue, sa facture moderne et très maîtrisée, Une odeur de gingembre est un roman hors norme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.