Le liseur de Bernhard SCHLINK

Résumé : A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d’une femme de trente-cinq ans dont il devient l’amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l’un de leurs rites consiste à ce qu’il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain.
Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l’insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais.

On découvre une histoire d’amour (entre Hanna et Michaël), de passion, d’apprentissage de la vie même si le personnage d’Hanna reste mystérieux. Le personnage de Michaël nous apparaît comme envoûté et admiratif de cette femme plus âgée que lui. La première partie est plutôt belle, pleine d’espoir, d’amour. En bref : positive et tournée vers l’avenir.
La suite est plus froide, noire et confronté au passé. On découvre au fil du procès le visage de « l’Hanna du passé ». Malgré l’aspect humain et généreux de celle-ci, présenté au début de leur histoire d’amour, Michaël se trouvé confronté à la monstruosité des actes passés d’Hanna. Michaël se pose beaucoup de questions et n’arrive pas à associer les deux facettes si différentes de la femme qu’il a aimé.
Selon moi, Michaël se sent coupable de ne pas avoir « assez aimer » Hanna, ce qui aurait pu la pousser à se confier d’avantage à lui au point de lui parler de son passé de surveillante de camp de concentration et du lourd secret qu’elle chercher désespérément à cacher.
Derrière chaque « monstre » se cache un être humain avec ses faiblesses, mais comment peut-on continuer à aimer une personne quand on découvre son côté sombre?

Bernard SCHLINK ne veut pas que l’on trouve des excuses ou que l’on pardonne les actes d’Hanna mais il nous permet de prendre en compte le côté humain d’Hanna et de comprendre sa souffrance.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.