Sur la route de Jack Kerouac

Résumé :

Le livre raconte les tribulations et les voyages de Sal Paradise (Jack Kerouac) et de son  ami Dean Moriarty (Neal Cassidy).

Mon avis :

Je n’ai malheureusement pas grand chose à dire de ce livre. Je suis complètement passée à côté de cette histoire. Je n’ai pas aimé le style d’écriture, les situations ou les dialogues parfois sans queue ni tête. Ce genre d’histoire ne doit pas être mon genre de lecture.

Malgré l’engouement pour ce livre, symbole de le Beat generation, je n’ai pas su apprécier les pérégrinations des personnages et les rebondissements de leurs  vies complètement dissolues. Je n’ai pas été sensible à leurs errances et à leur recherche d’un but.

Je n’ai pas non plus été sensible à la personnalité des héros et Sal m’a semblé beaucoup trop soumis à Dean et effacé. Son manque de caractère m’a agacée.

Bref, je ne retiens rien de positif de ce livre que j’ai eu bien du mal à finir. J’ai même dû survoler certains passages pour en venir à bout.

Une grosse déception.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Gina a sûrement raison, mais moi je n’accroche pas du tout en ce moment et j’aurais préféré le lire en français plutôt qu’en VO. Je vais le laisser de côté et voir plus tard si je m’y replonge. En tout cas merci Nat pour cette chronique! 🙂

  2. J’ai lu ce livre deux fois. La première, il m’a transcendé, j’ai adoré. Je n’en avais pas vraiment entendu parler avant et du coup je n’en attendais rien. Quelques années plus tard, j’ai voulu le relire et j’ai eu un mal fou. Je pense que cça fait partie des bouquins absolument pas universels. Des livres qui nous parlent que quand on est nous mêmes dans un état d’âme particulier et correspondant…

    1. Oui c’est bien possible ! En tout cas, je ne me suis pas du tout sentie en phase avec les errances des personnages.
      Je le relirai peut-être dans quelques années, mais rien n’est moins sûr.