L’étoile jaune et le croissant de Mohammed Aïssaoui

etoile jaune et le croissantTitre : L’étoile jaune et le croissant
Auteur : Mohammed Aïssaoui
Editions : Folio
Date de parution : 09/01/2014
Pages : 208

Quatrième de couverture :

« Sur les 23 000 Justes parmi les nations », il n’y a pas un seul Arabe et pas un musulman de France ou du Maghreb. Alors, j’ai décidé de chercher. On m’a souvent répété : « Mais les témoins sont morts aujourd’hui. »; J’ai exhumé des archives, écouté des souvenirs, même imprécis, et retrouvé de vraies histoires : comme celle de cette infirmière juive ou celle du père de Philippe Bouvard qui ont échappé à la déportation grâce au fondateur de la Grande Mosquée de Paris, Kaddour Benghabrit. Cet homme a sauvé d’autres vies.
Et l’action du roi Mohammed V au Maroc durant l’Occupation ne lui vaudrait-elle pas aussi le titre de Juste?

 

« Celui qui écoute le témoin devient témoin à son tour. » « J’avais toujours à l’esprit cette phrase d’Elie Wiesel. Je l’ai écrite plusieurs fois, et suis parti en quête de témoins pour ne pas rompre le fil ténu de la mémoire. »
Mohammed Aïssaoui.

Mon avis :

Pourquoi n’y-a-t-il pas d’Arabes parmi ceux que l’on appelle les « Justes parmi la nation »? C’est la question que se pose l’auteur de l’étoile jaune et le croissant, Mohammed Aïssaoui.

Ce livre s’apparente à un carnet de route, de notes, celui qu’on rempli jour après jour au fil de nos découvertes. Ici, le sujet est important, même si la question de départ ne trouve pas forcément de réponse. A travers ses recherches, l’auteur propose des pistes, notamment en ce qui concerne le directeur de la Mosquée de Paris, Si Kaddour Benghabrit. Cet homme aurait en effet eu un rôle important auprès des Juifs en fuite lors de la seconde guerre mondiale. Pas à pas, on découvre des témoignages, des archives, qui attestent (ou non) de ce rôle. Plus largement, l’auteur nous propose ses réflexions autour de la question des relations ambigües entre les Arabes et les Juifs, et sur la mémoire. Celle que l’on conserve bien au chaud au sein de nos archives, mais aussi celle de chacun d’entre nous, qui parfois se perd pour nous laisser sans réponse. La France est un pays où l’on a la chance de bénéficier de nombreuses sources d’informations papiers. Mais en ce qui concerne les témoignages, ils sont souvent plus difficiles à trouver, car pourquoi parler de son histoire si personne ne vous demande de la raconter? Est-ce trop tard maintenant?

Ce sont autant de questions que se pose l’auteur. Et même si certaines ne trouvent pas de réponse, il espère, tout comme la lectrice que je suis, qu’un jour elles seront résolues, et que parmi les 23 000 « Justes parmi la nation » apparaitront des noms d’Arabes ayant œuvré pour la survie de Juifs lors de l’Holocauste. A lire!

Je remercie Livraddict et les éditions Folio-Gallimard pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. J’aime beaucoup l’intention de cette ouvrage et je trouve la démarche aussi fondée qu’intéressante. Cette critique donne envie de lire cette recherche historique documentée…