Confidences à Allah de Saphia Azzeddine

En sa qualité de fille, Jbara ne peut prétendre à une vie libre et émancipée. D’abord soumise à l’autorité du père, elle sait que viendra trop tôt celle d’un mari. Mais cette jeune bergère, issue d’un petit village perdu dans les montagnes du Maghreb, ne connaît pas d’autre vie que la sienne et tente de palier aux difficultés du quotidien avec une étonnante rage de vivre. Dans ce milieu où la femme a moins de valeur qu’un mouton, où l’instruction ne lui est pas permise et où la moindre initiative est considérée comme « haram » (« péché »), Jbara fait montre d’une surprenante insolence et d’une curiosité débordante, qui contraste avec sa vie étriquée. Ce dont elle n’a pas conscience, en revanche, c’est de sa très grande beauté qui ne laisse pas les hommes indifférents… Du haut de ses seize ans, la jeune fille apprendra très vite que la beauté a un prix, et que certains sont près à la monnayer très cher… Heureusement, Allah n’est jamais loin quand il s’agit d’apporter une oreille secourable à une adolescente un peu perdue et, s’il ne fait jamais entendre sa voix, il fait parfois apparaître le droit chemin à ceux qui le cherchent…

« Confidences à Allah » est un petit roman extrêmement plaisant, au style percutant et provoquant, qui bouscule et surprend par le choix de ses thèmes, ainsi que par le ton familier utilisé par sa narratrice. Saphia Azzeddine lève le voile sur certaines dérives de la culture musulmane. Derrière la rigidité engendrée par la religion, elle pointe du doigt des déviances absolument taboues. L’alcool, la prostitution, le viol, la violence, le statut des filles-mères sont autant de réalités peu avouables dans un monde qui se veut d’une piété à toute épreuve. Jbara nous entraîne avec elle dans son univers avec une énergie communicative. Loin de s’apitoyer sur son sort, la jeune femme n’hésite pas à crier tout haut certaines absurdités liées à sa religion et à son statut de femme. Avec son franc-parler souvent brut et une naïveté due à son ignorance, Jbara nous amuse et nous émeut avec le plus grand naturel. Cette petite héroïne se révèle des plus attachantes et conquiert le lecteur par sa vitalité, sa fraîcheur et sa franchise. Avec ce premier roman, l’auteur nous offre un magnifique portrait de femme, à travers cette jeune musulmane en quête d’émancipation et à la recherche d’une ville meilleure. Un excellent moment de lecture donc, et une très belle découverte !

Je tiens à remercier Livraddict et les éditions J’ai Lu pour ce partenariat réussi !

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Une lecture que j’ai adoré aussi;
    Marquante et poignante.
    J’ai passé un bon après-midi.Quel style!!!

  2. les dérives de la culture musulman??? la dérive des hommes ignorant à corriger! 🙂 ce sont des phrases comme créait inutilement et dangereusement des frayeurs sur quelque chose qu’on connait pas: l’islamophobie! tu sais, cette maladie imaginaire du 21 e siècle qui arrive avec quelque dérapage sociétale, c’est comme l’anorexie et toute les merdes mentales qui ont germé avec la dérive de ceux qui nous formate 😉