Le dîner d’Herman Koch

A l’apéritif, un couple, Paul et Claire, en attend un autre pour dîner dans un restaurant de luxe. Babette et Serge arrivent à leur tour, complétant le quatuor et réunissant les deux frères Lohman pour une soirée en famille. D’emblée, une légère tension s’installe, on sent la rivalité poindre entre les deux frères. Paul paraît excédé par les manières empruntées de Serge, en tête à l’élection de Premier ministre du Danemark.
Arrive l’entrée, avec ses assiettes désespérément vides et son serveur trop envahissant. Les conversations vont bon train, superficielles et sans conséquences, permettant de découvrir davantage les personnages. L’agacement de Paul, le narrateur, croît, plombant l’ambiance festive du dîner et laissant présager une suite plus houleuse…
Au plat, le petit groupe s’est disloqué. Les femmes sont parties sécher leurs larmes à l’écart, Paul en a profité pour mener son enquête en fouillant dans le portable dérobé à son fils Michel et attend ce dernier au restaurant. Seul Serge reste à table, impassible. Cette fois, la tension est palpable. Petit à petit l’on découvre ce qui se cache derrière l’invitation à dîner et quel terrible crime Michel et Rick, le fils de Serge et Babette, ont commis. L’enjeu du repas devient tout autre et l’on sent la perturbation d’un père en proie à la peur. Cette peur de perdre son enfant, de ne pas savoir le protéger, mais cette peur également de lui avoir transmis ses démons et d’être responsable de toute cette violence…
Cette violence, sous jacente tout au long du texte, devient manifeste après le dessert, lorsque Serge annonce à tout le monde sa décision de dénoncer, lors d’une conférence de presse, le crime commis par leurs enfants. Dès lors, les avis divergent et chacun veut imposer à l’autre sa manière de voir les choses quitte à utiliser la force…

« Le dîner » nous offre un récit très sombre, magnifiquement orchestré autour d’un repas. Un huit clos aux apparences trompeuses qui, sous prétexte d’un repas en famille, s’avère être une accusation de la violence qui règne dans la société actuelle… Ici, rien n’est tout noir ou tout blanc et les personnages les plus sympathiques se révèlent être les plus inquiétants. Pour autant, si Herman Koch dénonce l’hypocrisie générale de la bourgeoisie, il ne prend pas parti pour un point de vue en particulier. Finalement, la question éthique est complètement écrasée par l’instinct primaire qui consiste à protéger son enfant au détriment de soi. Un texte fascinant, à la fois ambigu et dérangeant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.