Premiers pas sur le chemin de l’Aventure de l’édition

Il y a quelques mois, la Team était contactée par Vincent Beghin, administrateur du site Les Agents Littéraires, qui nous proposait un partenariat ayant pour but de faire découvrir aux lecteurs le monde caché et difficile de l’édition de jeunes auteurs.  Face à l’enthousiasme de nos membres pour une telle initiative et quelques discussions plus tard, un projet commun naissait : un cycle de rencontres thématiques avec des acteurs de la petite édition et de l’auto-édition intitulé « L’aventure de l’édition« .  Le thème du cycle de rencontres peut se résumer comme suit :

On estime que les « grandes » maisons d’édition acceptent environ 1 manuscrit sur 1 000 parmi ceux qui leur sont adressés. Autant dire qu’elles restent, pour la plupart des auteurs en devenir, un rêve inaccessible. Mais heureusement, pour se faire éditer, d’autres solutions, existent. Les petites maisons d’édition, d’une part,  dont on estime qu’elles acceptent environ 1 manuscrit sur 100. Mais aussi l’auto-édition et l’édition à compte d’auteur, où vous prenez vous-même en charge, en partie ou totalement, les coûts de de la production et de la commercialisation de votre livre. Alors, parmi ces solutions, lesquelles privilégier ? Que peut-on en espérer ? Quelles sont les bons plans et les arnaques ? Vous aurez toutes les répondes via le cycle de rencontres-débats que nous organisons, avec des éditeurs et des auteurs ayant tenté (et réussi) l’aventure de l’édition.

C’est ainsi qu’à partir d’octobre, nous vous proposerons chaque mois une interview interactive sur un thème touchant à l’édition de jeunes auteurs.  Un ou plusieurs acteurs expérimentés répondent à vos questions de façon à ce que le débat naissant de ces discussions vous permette de découvrir de l’intérieur le monde très sélectif de l’édition.

Notre première rencontre a eu lieu ce mercredi 5 octobre.  Derrière leur écran, deux représentantes d’une petite maison d’édition à la recherche d’auteurs débutants : Les 2 Encres.  Mesdames Nathalie Costes Nghien et Christiane Legris Desportes, respectivement directrice littéraire et directrice de collection Sciences Humaines, répondaient aux questions sur le thème : Comment séduire un petit éditeur ?

Thématiques abordées  : Qu’est-ce, pour vous, qu’un bon/ qu’un mauvais manuscrit ? Quels sont vos critères de sélection ? Comment les choix sont-ils pris ? Quelles sont les erreurs de débutant à ne pas commettre ? Quel type de réponses envoyez-vous aux auteurs refusés ? Peut-on attendre d’un petit éditeur plus d’explications qu’une lettre type ? Une petite maison d’édition, est-ce que ça rime avec plus de contacts avec l’écrivain, plus de rendez-vous, une prise en charge plus personnalisée ?

Les participants avaient visiblement beaucoup de questions en commun.  Le sujet qui les intriguait en priorité est le processus de sélection des manuscrits : qui choisit et sur quels critères ?  Nos invitées nous ont décrit en détail le fonctionnement de la sélection des manuscrits dans leur maison d’édition.

Elles nous ont d’abord assuré qu’aucun texte n’était refusé a priori (en-dehors de certains cas à la présentation particulièrement problématique).  Le texte reçu (par e-mail ou par courrier) est examiné et, éventuellement accompagné d’un petit mot des éditrices, envoyé à un comité de lecture composé d’une part de personnes sollicitées du fait de leurs compétences littéraires, de leurs liens directs avec la littérature ou de leur expertise dans le domaine de la collection, et d’autre part de « grands lecteurs » retenus après candidature.

Sur la base de critères liés notamment à la collection (Les 2 Encres en compte 18 !) et dans le respect d’une charte de fonctionnement, les membres du comité de lecture sollicités rendent dans un délai d’un mois un avis argumenté concernant le manuscrit.  Si les avis sont trop contrastés, c’est à l’éditrice et aux directrices littéraires que reviendra le dernier mot ; mais comme elles le disent elles-mêmes, « ce n’est pas parce qu’un manuscrit ne nous plaira pas à nous, directrices littéraires ou éditrice que nous le refuserons ».

Alors, qu’est-ce qui distingue un « bon manuscrit » d’un « mauvais » ?  Pour répondre à cette question qui intriguait plusieurs participants, je laisse à nouveau la parole à nos invitées :

Ce qui peut différencier un « bon » manuscrit d’un « mauvais » (bon ou mauvais, cela reste très subjectif) sera l’originalité du thème, la compétence d’un auteur à relater, écrire son texte, son histoire, le fait qu’il n’y ait pas « trop » d’incohérences, le style.
Nous distinguons de façon classique le fond et la forme. Le bon manuscrit est celui qui sait concilier les 2.

Ensuite, en fonction de l’appréciation du comité de lecture et des propres avis des directrices littéraires, quatre scénarios sont possibles :

1 – L’auteur est avisé d’un rejet ; dans ce cas-là il lui est précisé pourquoi son projet n’a pas été retenu.
2 – L’auteur est invité à retravailler ou à faire retravailler son texte pour le soumettre à nouveau.
3 – Le manuscrit est retenu sous réserve de corrections ou léger remaniement à envisager en commun.
4 – (le plus rare) Le manuscrit est retenu d’emblée. Un contrat d’édition est alors proposé.

L’ensemble du processus dure en général et à l’heure actuelle entre 4 et 8 mois.  Et puisqu’on est dans les chiffres, sachez, écrivains en herbe, que la concurrence est rude : sur un millier de manuscrits reçus par an, Les 2 Encres en publient entre 35 et 40 toutes collections confondues.  Nos invitées vous encouragent cependant à proposer vos textes : chacun recevra toute leur attention !

Une fois l’ouvrage édité, l’aventure ne s’arrête pas là.  Nos éditrices assureront aussi sa promotion.  Pour cela, une recette composée d’une bonne dose de charme, patience, volonté, foi et passion, et d’ingrédients éprouvés :

Nous avons dans notre équipe une chargée de communication à temps plein (Zoë Jaclin), et un diffuseur/distributeur. Nous sommes également sur Facebook et tous nos livres sont répertoriés sur l’ensemble des sites de ventes en ligne (Fnac, Amazon, Alapage, Decitre, etc.). Nous figurons également sur les bases de données des libraires : Electre et Dilicom.
Par ailleurs, nous favorisons au maximum les dédicaces en librairie et la présence des auteurs dans les salons de livres partout en France. Nous présentons aussi les ouvrages à des prix littéraires et concours selon leur thématique.

Alors, qu’est-ce qui distingue un petit éditeur d’une grosse maison ?  Nos invitées reconnaissent que Les 2 Encres n’a pas la taille ou l’impact de certaines autres maisons, mais l’édition chez un petit éditeur a aussi ses avantages :

Un premier élément de réponse essentiel : chez un petit éditeur, vous êtes (normalement) considéré comme un auteur et non pas comme un producteur de textes.
D’abord, la liberté d’échange entre l’éditeur et l’auteur, par exemple pour décider de la présentation du futur livre (illustration de couverture, présentation de la quatrième) et tout au long de sa création.
Ensuite, la durée du livre. Chez les « grands », le livre est mis au pilon au bout de 6 mois, voire 3 mois, voire moins si les libraires les retournent au bout de très peu de temps. Chez nous, tous nos titres existent encore depuis notre existence (14 ans) et sont encore disponibles pour la vente.
L’échange avec notre chargée de communication est permanent. Vous avez TOUJOURS une interlocutrice pour vous écouter, vous proposer, entreprendre des actions, bref, nous sommes là pour épauler un auteur et ne pas le laisser dans le vague, une fois son livre paru.

Cette discussion particulièrement intéressante a marqué un excellent départ pour notre cycle de rencontres.  Vous pouvez la lire en intégralité sur le forum. Je peux déjà vous annoncer en exclusivité notre prochaine rencontre, sur le thème « Comment sait-on qu’on a vraiment l’ « âme » d’un écrivain ? » qui aura lieu le vendredi 4 novembre à 20h !  Notez bien la date et venez nombreux poser vos questions à nos invités !

L’équipe Livraddict tient à remercier particulièrement nos deux invitées pour leur temps et les informations partagées, les participants pour leur enthousiasme et leur curiosité, et Vincent Beghin du site Les Agents Littéraires pour avoir participé à l’organisation de cette soirée !

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.