La Théorie Gaïa de Maxime Chattam

Résumé :

La terre, dans un futur proche…
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : multiplication des catastrophes naturelles, instinct de prédation en pleine recrudescence, accroissement exponentiel des tueurs en série… La planète se meurt et nous sommes son cancer.

« L’Humanité est son propre virus ».

Appelés d’urgence par la Commission européenne, un couple de chercheurs prend conscience du chaos qui s’annonce. Dans un monde livré aux éléments, où toute la violence de l’homme semble éclater soudain, le secret d’État se révèle explosif. Inavouable. Survivront-ils ?
« Survivrons-nous ? »

Mon avis :

Après avoir lu les deux premiers tomes de la trilogie « Le Cycle de l’Homme », que j’ai adoré, j’attendais beaucoup de ce troisième et dernier livre. Et je dois dire que je n’ai jamais été déçu. C’est impossible de lâcher le livre une fois qu’on l’a commencé.  Il y a de nombreux rebondissements tout au long du livre, Maxime CHATTAM va très loin pour semer le doute dans nos esprits. L’intrigue est très bien ficelée, on va de surprises en surprises et on ne s’attend pas du tout au dénouement que propose l’auteur.

Chattam réussit à maintenir le suspense à la fin de chaque chapitre, et, grâce à la succession rapide de chapitres, on a beaucoup de mal à s’arrêter de lire. On a besoin de savoir ce qu’il va se passer.

Les personnages sont attachants : on se prend d’amitié pour Peter et Ben, qui sont bloqués au sommet du pic du Midi, et on a peur pour Emma, coincée sur l’île de Fatu Hiva au milieu d’une trentaine de tueurs en série.

Attention toutes fois, âmes sensibles s’abstenir ! Comme dans « Prédateurs », certains passages ne seront peut-être pas au goût de tout le monde.

Dans ce roman, Chattam s’interroge sur l’avenir de l’humanité et donne une vision assez terne du monde actuel, qui pourrait d’ailleurs nous mener à notre propre perte. Bref, ce roman est parfait et donne vraiment à réfléchir sur nos comportements et notre mode de vie.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.