Ripley de Nora Roberts

Ripley de Nora RobertsLe résumé :

On raconte que, sur l’île des Trois Sœurs, pèse une malédiction vieille de trois cents ans.
Le Dr Mac Allister Booke, qui se consacre à l’étude des phénomènes paranormaux, y débarque équipé du matériel le plus performant, dans le but d’interviewer Mia Devlin, la propriétaire du Café-Librairie. C’est pourtant Ripley, la sœur et l’adjointe du shérif, qui va retenir son attention. Dès qu’elle s’approche, les appareils de mesure s’affolent. presque autant que le cœur de Mac ! La fière Ripley a beau se cabrer sous le flot de questions inquisitrices, elle ne peut lui cacher très longtemps les forces surnaturelles qui l’habitent.
Mac comprend alors que sa jolie sorcière est en danger. Car, si la légende est vraie, le Mal est loin d’être vaincu.

Mon avis

Après la lecture du tome 1 , j’avoue que je n’étais pas pressée de lire la suite. Mais voilà qu’il est tiré au sort pour le challenge : choisir la prochaine lecture de sa PAL. Je décide donc de donner sa chance à la suite de cette trilogie de Nora Roberts.

Comme la plupart des trilogies de Nora Roberts, les livres sont centrés sur un duo de personnages (un homme et une femme) qui vont tomber follement amoureux. Ici, nous allons suivre l’histoire de Ripley, sœur et adjointe du shérif et de Mac Allister Booke, docteur en phénomènes paranormaux. Ripley refuse d’utiliser ses pouvoirs et grâce au bon docteur, elle va devenir une puissante sorcière.

Personnellement, je n’arrive pas à accrocher à cette série de Mme Roberts. Pourtant, j’avais adoré deux autres de ses trilogies fantastiques : Le cercle blanc et le cycle des sept.  L’île des trois sœurs est, quant à elle, une série beaucoup plus fade. Les personnages ne sont pas attachants. On pourrait même dire qu’ils sont pénibles et « gnangnan ». Les actions sont longues à venir, voire il n’y en a qu’à la fin.
Au niveau écriture, aucune difficulté, dans le style de Nora Roberts.  Un vocabulaire facile et sans prétention.

J’ai encore un tome à lire pour terminer l’histoire mais le lirai-je un jour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.