Dante d’Alexandra Ivy

Résumé :

La tentation est éternelle…

Abby Barlow était loin d’imaginer que travailler pour cette femme mystérieuse pourrait faire basculer sa vie. La mort de cette dernière va plonger Abby dans un monde de danger et de ténèbres, car elle est subitement chargée d’un bien lourd fardeau : elle est devenue le Calice, porteuse de la déesse du bien, cible de tous les démons.
Heureusement, elle dispose d’un allié de choix : Dante. Mortellement dangereux et outrageusement sexy.
Un convent de sorcières a réduit ce vampire en esclavage quelques siècles auparavant et en a fait le gardien du Calice. Maintenant que c’est la belle et douce Abby qui est menacée, son dévouement ira bien au-delà des exigences de sa mission.

Avis :

A Chicago, de nos jours, Abby Barlow se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment devient le Calice. Mais qu’est ce que le Calice ? C’est une humaine qui porte en elle « le Phénix », la déesse du bien qui empêche le mal de régner sur la terre.
Bon nombre d’êtres maléfiques sont à sa recherche pour le détruire et faire revenir le prince des ténèbres parmi les humains et semer le chaos.

Heureusement, il existe peut être un moyen de transférer cette déesse sur une autre humaine, peut être plus apte à la protéger, et pour cela elle doit trouver les gardiennes du Phénix.
Dans sa quête, elle est accompagnée de Dante, un vampire très séduisant, qui a été réduit en esclavage par ces sorcières, se trouve être le protecteur du Calice.

Penchons nous un peu sur les personnages :

Abby est une jeune femme qui n’a pas eu une enfance facile, elle n’a plus de famille, elle a l’impression de passer à côté de sa vie. Elle est forte, courageuse et fière. Je l’ai trouvé touchante et réaliste, elle ressemble à tant de femmes seules de notre société qui sont obligées de faire des petits boulots pour survivre. Le seul petit bémol c’est peut être qu’elle accepte trop facilement ce monde qui s’offre à elle.

Dante est un vampire de 341 ans, il est arrogant, sûr de lui et a un charisme fou. Il est également attentionné, malin et sans pitié avec ses ennemis. J’ai beaucoup aimé la façon dont il traite Abby avec respect, douceur, il lui donne confiance en elle. On sent qu’il tient vraiment à elle, cela va au-delà du plaisir charnel.

Entre Abby et Dante, c’est une attirance réciproque qui va se transformer en amour passionnel voir fusionnel. Ils ne peuvent pas s’empêcher de se toucher, de s’embrasser, ce qui va d’ailleurs nous donner des scènes assez intenses.
D’autres personnages sont également intéressants comme Viper (qui va d’ailleurs faire l’objet du deuxième tome de la série) c’est en quelque sorte le protecteur de Dante depuis qu’il est vampire, le magicien noir qui veut libérer le prince des ténèbres, ou encore les sorcières qui ont un rôle troublant.

En ce qui concerne la narration, le plus souvent on alterne entre le point de vue d’Abby et Dante. Et de temps en temps d’autres personnages nous livrent également leurs pensées. Personnellement, j’aime bien avoir le point de vue d’un peu tout le monde, j’ai l’impression de mieux les comprendre.

J’ai trouvé l’écriture fluide, on a même le droit à un peu d’humour. On a un bon rythme même si vers la fin cela commençait a être un peu long.

Pour conclure, je dirais que c’est une lecture agréable, qui se lit assez vite mais il n’y a rien d’exceptionnel.
Même s’il y a de l’action, on se rend compte que le livre est plus tourné vers les relations amoureuses des deux personnages principaux, que de l’histoire en elle même.

On a tous les ingrédients nécessaires pour un bon livre de Bit Lit, mais il n’y a rien de plus, pas de réelles surprises, on reste sur un schéma classique, ce qui est un peu dommage.

Pour terminer, je voudrais dire un grand merci a Livraddict et aux éditions Milady pour la découverte de ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.