Les vampires de Manhattan de Melissa de la Cruz

Résumé

Il n’ y a pas plus glamour que Mimi et son frère Jack au lycée ultra chic Duchesne, à New York. Snobs et branchés, ils forment avec leurs amis un club très sélect. Theodora, qui est plus vintage que Prada, n’est pourtant pas insensible au charme du très sexy Jack. Pourquoi un garçon si populaire s’intéresse-t-il soudain à elle ? Quel rapport avec Aggie, une élève retrouvée morte, vidée de son sang ? Theodora est déterminée à le découvrir quand apparait sur sa peau un entrelacs de veines bleutées qui lui glace le sang. Elle non plus n’est pas une fille tout à fait comme les autres.

Mon avis

En voyant la couverture et en lisant le résumé, je me suis dit « encore une histoire de vampires axée sur un amour impossible ! » mais pas du tout. J’ai été agréablement surprise.

L’histoire se passe à New York, de nos jours, dans une école privée très select où seuls les enfants de personnes influentes y sont admis. On trouve cependant 2 groupes d’adolescents que tout oppose à première vue :

– On a d’un côté le clan des populaires : Beaux, intelligents, riches… constitué principalement de Mimi et Jack Force, des jumeaux très fusionnels, si fusionnels que cela devient vite ambigus. Et Bliss Llewellyn qui vient d’arriver du Texas et qui n’arrive pas trop à trouver sa place dans cette école, même si elle traîne avec Mimi.
– De l’autre côté, on a le clan des « Losers » (si je peux m’exprimer ainsi) : on trouve Théodora Van Alden, qui est un peu seule au monde : Elle ne connaît pas son père, sa mère est dans le coma, elle a été élevée par sa grand-mère peu démonstrative. Heureusement elle peut compter sur son meilleur ami  Oliver Hazard-Perry qu’elle connaît depuis l’enfance, et Dylan Ward, un nouveau venu à l’école.

Au fil de la lecture on se rend compte que la popularité cache bien des choses et que finalement ces deux groupes ont bien des points communs.
Pour pimenter le tout, on se retrouve avec des meurtres inexpliqués, des phénomènes étranges, des rapprochements amoureux, des rivalités…   et j’en passe.
Ce que j’ai trouvé intéressant aussi, c’est qu’on suit l’histoire à travers les yeux des trois personnages féminins à savoir : Mimi, Bliss et Théodora, on a donc trois points de vue complètement différents.
Pour terminer, je mentionnerai le fait que l’auteur est partie d’une histoire vraie pour écrire cette fiction (les colonies de Plymouth), ce qui rend son récit encore plus réaliste, il y a une cohérence, une justesse, on pourrait même croire que les vampires existent vraiment !
On voit le vampirisme d’une autre manière, fini les clichés sur Dracula, le soleil, le pieu dans le cœur…
J’ai vraiment trouvé ce livre original et je le recommande vivement.
Et j’ajouterai encore une chose :

NE VOUS FIEZ PAS AUX APPARENCES

Rejoindre la conversation

11 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. On peut dire que cette lecture t’a vraiment enthousiasmée. Pour ma part, mon avis est plus mitigé puisque je n’ai pas du tout apprécier le côté trop envahissant de la chick-lit avec la surabondance de marques. Cependant, le mythe du vampire, revisité par Melissa de la Cruz, est original et donne envie de lire la suite.

  2. Pour une 1ère chronique , BRAVO !!!!!!!!

    je ne partage pas ton enthousiasme mais contente que cela t’aie plu

  3. un très beau premier avis,
    ravie de voir qu’il t’a plû autant, pour ma part mon avis est beaucoup moins bon, il est tout de même bien de voir que d’autre on aimé, moi je n’ai pas réussi a dépassé mon a priori à la suite de la première partie envahie de marque qui m’a pesé ensuite tout au long de ma lecture 🙂

  4. Pour moi aussi ce fut une agréable lecture. Comme toi j’ai aimé le fait de vivre l’histoire selon trois points de vue, comme ça on a plus de choses à suivre et c’est intéressant car elles sont toutes les trois différentes.

  5. Tiens, c’est vrai que j’ai zappé la référence vraie à l’histoire américaine! A vrai dire, je l’ai assimilée en étant contente que cela parte d’une réalité, mais sans toutefois le noter dans mon petit carnet de lecture!

  6. J’ai trouvé le début très lent et pénible mais heureusement ça s’arrange dans la deuxième moitié et j’ai bien aimé les vampires de l’auteur. Mais c’est un tome 1 un peu superficiel malgré tout.