Emile Zola, « La Mort d’Olivier Bécaille et autres nouvelles »


Résumé :

Ce recueil comprend quatre nouvelles. Difficile de les résumer sans en dévoiler la fin et le piquant, mais voici pour chacune des nouvelles une phrase pour vous donner une idée des thèmes. La Mort d’Olivier Bécaille raconte le cauchemar d’un homme que tous croient mort, mais dont la conscience est encore vivante. Nantas est l’histoire d’un personnage qui, pour trouver la fortune, accepte d’épouser une femme qu’il ne connaît pas, enceinte d’un autre. L’inondation a un titre très explicite et raconte donc l’inondation d’un village et comment elle est vécue par une famille en particulier. Enfin, Les coquillages de M. Chabre, est l’histoire d’un bourgeois et de sa femme qui tentent en vain d’avoir un enfant.

Mon avis :

Adoratrice de Zola depuis mon adolescence, c’est presque avec jubilation que j’ai ouvert ce recueil et que je me suis apprêtée à découvrir un autre aspect de l’œuvre de Zola. Car en dehors des Rougon-Macquart, il est vrai que je n’étais pas fine connaisseuse.

J’ai été plutôt déçue par ce recueil. Zola n’est certainement pas un nouvelliste hors pair et son talent n’arrive pas à fleurir sur ces quelques pages. La nouvelle est un art difficile, que Zola ne semble absolument pas maîtriser. Zola est un romancier avant tout et c’est dans ce cadre que l’on apprécie tout son talent de narrateur et de peintre de la vie au XIXe siècle.

Les quatre nouvelles sont donc assez inintéressantes, quoique les thèmes semblent à la base plutôt alléchants. Malheureusement, les chutes sont beaucoup trop prévisibles, l’écriture assez maladroite, les descriptions chères à notre auteur ne trouvent pas ici leur place et ralentissent le récit, et enfin, les personnages sont assez peu poussés, presque caricaturaux. Globalement on reste donc sur sa faim.

Une mention spéciale tout de même à la nouvelle L’inondation, une histoire vraiment horrible (bien pire que les trois autres, déjà bien dramatiques), mais la meilleure du recueil. On suit pas à pas la destruction d’une famille autrefois si heureuse à qui tout réussissait. Les personnages semblent plus vrais, plus recherchés et l’on se sent vraiment auprès d’eux au cœur du drame.

Je ne conseille donc pas vraiment ce recueil, assez inintéressant, en dehors de la nouvelle L’inondation qui vaut le détour. Si vous voulez découvrir Zola, préférez les romans… plus longs certes, mais bien plus brillants.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

Répondre à Bénédicte Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. jai trouver que se livre etai passionant quand ont commence a le lire on ne peu plus sarerter et ma nouvelle préféré de Emile Zola est L’innondation car elle est triste et on a unpeu de suspence et c’est pourqoi je lador !

  2. comme Folfaerie je suis assez surprise de ta critique et interpellée quelque part. J’ai beaucoup apprécié ces nouvelles en particulier la mort d’Olivier Bécaille que j’ai trouvée remarquablement construite au niveau littéraire et qui contient les éléments essentiels de la pensée de Zola : naturalisme et déterminisme. Elles sont bien évidemment à lire.

  3. comme Folfaerie je suis assez surprise de ta critique et interpellée quelque part. J’ai beaucoup apprécié ces nouvelles en particulier la mort d’Olivier Bécaille que j’ai trouvé remarquablement construite au niveau littéraire et qui contient les éléments essentiels de la pensée de Zola : naturalisme et déterminisme. Elles sont bien évidemment à lire.

  4. Oui peut-être as-tu raison… Mais si je me suis tant focalisée sur la fin, c’est que le cheminement ne devait pas être passionnant…

  5. Je réagis à ce billet car je pense exactement tout le contraire 🙂 Moi je recommande chaudement ce recueil de nouvelles. Je ne trouve pas Zola auteur de nouvelles inférieur à Zola romancier. J’ai lu ce recueil il y a une dizaine d’années environ et je garde encore ces nouvelles en mémoire. Dramatiques, voire terrifiantes pour l’inondation et la mort d’Olivier Bécaille, mais aussi touchantes. Zola a choisi d’illustrer les drames de la vie, qu’ils soient petits ou grands, en insistant sur l’aspect absurde des événements. A lire bien évidemment.

    1. Marrant de voir que l’on ne l’a pas du tout perçu de la même manière. Mais merci de partager ton avis en tout cas. Moi ce qui m’a frappé c’est d’avoir deviné le rebondissement de chaque nouvelle dès le départ… et pour une nouvelle c’est pas génial!