Les Enchantements d’Ambremer, Pierre Pevel

Ce livre a été lu dans le cadre d’un partenariat entre Livraddict et Le Livre de Poche. Je les remercie vivement tous les deux pour une belle découverte et pour m’avoir un peu fait sortir de mes lectures habituelles.

Résumé

Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes… et une ligne de métro relie la ville à l’OutreMonde, le pays des fées, et sa capitale, Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Gryffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L’affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers : un puissant sorcier, d’immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l’association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien.

Mes impressions sur le roman

J’ai été enchantée par l’ouvrage dès que je l’ai eu entre les mains. L’édition du Livre de Poche était soignée, la police sortait de l’ordinaire, la couverture très jolie et attirante, tout comme la tranche du livre et le résumé de la quatrième de couverture était tout à fait intriguant.

Je m’y suis donc très vite plongée et dès les premières pages, j’ai été transportée par l’écriture fraîche et légère de Pevel, dans un monde merveilleux. On se prend vite au jeu de ce monde enchantée, on s’y croirait presque et il semble tellement bien correspondre à l’image que l’on se fait du début du XXe siècle. À chaque page, c’est une nouvelle découverte qui nous fait rire ou sourire…

Et puis peu à peu, l’on rentre dans le vif du sujet, une enquête policière menée par le mage Griffont, un personnage très sympathique. Les ficelles de l’histoire sont très bien menées. J’avais peur qu’en si peu de pages, le tout soit bâclé, mais pas du tout et l’on se laisse porter facilement jusqu’au dénouement. Dommage que ce dénouement soit un peu trop facile à mon goût. Mais l’on a tout de même hâte de découvrir le livre suivant, l’Élixir de l’oubli, pour avoir des précisions sur certaines choses.

Même si l’enquête est très bien menée, je trouve toutefois le livre trop rapide pour que l’on s’attache vraiment à ses personnages et que l’on comprenne leurs attitudes. Certains sont trop bâclés ou assez peu crédibles. Isabel de Saint-Gil était parfois parfaite dans son rôle de femme inaccessible et originale, mais d’autres fois elle ne semblait plus du tout être elle-même dans ses gestes ou ses paroles, sous la plume de Pevel. Je n’ai d’ailleurs pas non plus été vraiment convaincue par les méchants, trop simplistes, trop communs, trop connus. Le tout est en fait bien trop manichéen, avec le happy-ending que l’on attend tous !

J’ai par contre beaucoup apprécié le traitement de l’histoire mis en place par l’auteur. L’écriture coule bien et j’ai vraiment dévoré le livre. On veut toujours en savoir plus et connaître enfin le fin mot de l’histoire. Les notes d’humour sont un bon plus et les constants clins d’œil au lecteur sont très appréciables et ne coupent pas du tout la lecture. Dommage qu’ils deviennent moins nombreux lorsque la mise en place a été faite et au fur et à mesure que l’histoire avance.

Je ne suis globalement pas une grande lectrice de fantaisie, mais ce livre de Pevel est tout à fait abordable et j’ai beaucoup aimé pouvoir embarquer dans un autre monde. Certaines choses sont bâclées ou simplifiées, mais on se laisse vite emportée par la magie et par l’enquête. Et l’écriture pleine d’humour de Pevel rattrape tout. Une lecture très agréable, une belle découverte. J’ai vraiment hâte de me plonger dans d’autres romans de Pierre Pevel.

Ma note : 4/5

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Contente que tu ai aimé ce livre, c’est lui qui m’a fait découvrir Pierre Pevel et encore aujourd’hui il reste mon préféré. L’élixir d’Oubli est encore mieux si c’est possible.
    Et je dis qu’il n’y a rien de bâclé ni de simpliste dans ce roman parfait =p