Le sixième commandement de William Muir

Résumé :

Récemment, l’Angleterre a fait un référendum pour savoir si le peuple désirait que la peine de mort soit de nouveau appliquée. Le oui c’est imposé à la population. Riley a été de ce « oui ». Pour lui, laisser des meurtriers, violeurs, pédophiles en liberté ne semblait pas juste. Mais voilà que l’Etat se rappelle à son bon souvenir et à ce pourquoi il a dit oui. En effet, Riley W. Scott comme ses semblables a signé pour faire partie de ceux qui appliqueront la peine de mort…

Mon avis :

On découvre donc Riley, un anglais, convoqué à un entretien avec le département de la justice. Il s’y rend par obligation et c’est là que sa vie bascule. Il tentera maintes et maintes actions pour échapper à ce qu’on pourrait appeler son destin mais le piège infernal se referme sur lui inexorablement. Il mesure à quel point un choix crucial peut se réveler pervers.

La première chose que j’ai envie de dire c’est que ce livre est particulièrement agréable à lire. Le style est tout en fluidité aussi les pages se tournent très vite et on a du mal à stopper sa lecture. Qui plus est le sujet est très intéressant, d’actualité et nous oblige à nous remettre en question. Je tiens à saluer l’écriture de William Muir qui m’a totalement séduite et qui m’a fait pénétrer dans son monde en deux pages.

Je note ensuite qu’aucune date n’est précisée, laissant au lecteur le choix de la période. Notons quand même que la civilisation est avancée, qu’elle ressemble traits pour traits à la nôtre. Une seule date, 1964 est évoquée, on sait donc que l’histoire se situe au moins une année après. Mais peu importe, que le roman se situe en 1970, en1995 ou en 2011 n’est pas l’intérêt de ce livre. Non, l’important c’est que l’époque à laquelle vit Riley pourrait être récente ou futuriste mais qu’elle traite d’un sujet actuel et houleux, qui pose déjà question à certains politiciens : la réhabilitation de la peine de mort !

Le seul petit inconvénient c’est que les personnages sont assez vulgaires lorsqu’ils parlent de sexe. Dès la deuxième page, le héros nous fait part de ses fantasmes aussi crument que possible. Je ne sais pas si le vocabulaire a délibérément été choisi mais en tout cas, je ne suis pas prude, loin de la, mais ça m’a semblé tout à fait inopportun !

Pour rentrer vraiment dans le roman, je dois dire qu’on a parfois l’impression que Riley est « testé » que toute cette histoire est une machination diabolique pour faire rentrer dans son crâne et le nôtre par la même occasion, ce qu’entraîne le vote pour la peine de mort. La torture mentale est plus ou moins bien rapportée mais réussit tout de même à montrer qu’une simple position telle que celle pour la peine de mort, n’est jamais aussi réaliste que la sanction définitive l’est. L’auteur semble nous dire que tant que l’on n’est pas personnellement confronté à ce qui est, finalement, un deuxième meurtre, on ne se rend pas compte de l’impact.

En finissant ce roman, j’ai été frappée par la représentation de la mort. Je ne sais pas si je vais arriver à bien m’expliquer mais je tente… On a l’impression, du moins je l’ai eue, que tout est dérisoire par rapport à la mort et pourtant, les rouages de la machine judiciaire sont extrêmement précis, allant jusqu’à calmer le condamné, comme si quelqu’un arriverait à banaliser la mort. Et à côté de ça, la réaction de Riley est tellement impliquée qu’on ressent bien les deux poids, deux mesures.

J’ai vraiment envie de vous encourager à lire ce livre. C’est une réelle réussite, ce roman se lit d’une traite et même si on ne peut pas le qualifier de thriller, il est tout aussi efficace. Lisez-le !

Ma note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.