Un employé modèle de Paul Cleave

Avant propos

Je tiens tout d’abord à remercier LIVRADDICT et les Editions LE LIVRE DE POCHE de m’avoir permis de découvrir ce livre grâce au partenariat mis en place.

Résumé

Christchurch, Nouvelle-Zélande. Célibataire, aux petits soins pour sa mère, Joe Middleton, homme de ménage au commissariat central de la ville, est au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle qui concerne le Boucher de Christchurch, un serial killer accusé d’avoir tué sept femmes dans des conditions atroces. Pourtant, Joe sait qu’une de ces femmes n’a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu’il est le Boucher de Christchurch.

Contrarié, Joe décide de démasquer le plagiaire. Et, pourquoi pas, de lui faire endosser la  responsabilité des autres meurtres… Variation sublime sur le thème du tueur en série, ce roman d’une originalité confondante, au-delà des clichés du genre, révèle un nouvel auteur, dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Mon avis

Bien évidemment, il est impossible en ouvrant ce livre de ne pas avoir une pensée pour Dexter Morgan, le personnage créé par Jeff Lindsay. Il s’agit ici aussi d’un récit dans lequel le lecteur a un accès direct aux pensées du tueur en série. On accompagne donc ce tueur dans sa vie quotidienne, dans l’exécution de ses meurtres et surtout dans son enquête pour démasquer le meurtrier qui l’a copié. Une place importante est donnée au jeu des apparences souvent trompeuses.

Avant même l’ouverture du roman, la couverture nous annonce un employé dit « modèle » qui pourtant a la chemise tachée de sang. Joe se fait passer pour ce qu’il n’est pas, une personne lente d’esprit.

La ressemblance entre Dexter Morgan et Joe Middleton s’est donc arrêtée là pour moi… Contrairement à Dexter, il m’a été impossible d’éprouver la moindre compassion pour le personnage de Joe. Ce dernier ne met pas sa soif de sang au service de la justice. Nous sommes donc en présence d’un tueur en série qui n’éprouve absolument aucun remord à la suite de ses
crimes sordides (sauf peut-être quand il est amené à tuer un animal…) et qui choisit des victimes apparemment innocentes.

D’un côté, nous avons un narrateur à la première personne, un lien très serré existe donc entre Joe Middleton et le lecteur. D’un autre côté, l’atrocité de ce qu’il nous raconte nous oblige à garder une certaine distance. J’ai beaucoup apprécié ce contraste puisqu’il va faire naître un sentiment d’angoisse chez le lecteur, ce qui, à mon avis, est le secret de tout bon thriller.

Paul Cleave a également fait un travail remarquable concernant la psychologie de son « héros ». De même, il a peint un portrait très intéressant des personnages secondaires comme notamment la mère de Joe ou Sally, la collègue de travail. C’est grâce à l’intervention de l’entourage du tueur que l’on est amené petit à petit à percevoir ses failles… Il s’agit donc ici d’un véritable roman
noir avec aussi – ce qui n’est pas négligeable – de nombreuses petites touches d’humour – noir bien sûr !

Pour conclure, ce roman a été pour moi une très belle découverte. Il m’a permis de passer par toute une palette d’états d’esprit. Cependant, je préfère prévenir les futurs lecteurs qu’il faut avoir le cœur bien accroché pour aller au bout de certaines scènes… Cela fait partie du jeu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.