Fantômes d’hiver de Kate Mosse

Un grand MERCI aux  Editions JC Lattès ainsi qu’à Livraddict pour m’avoir donnée l’opportunité de lire ce livre!

Editions : JC Lattès / Paru en : 2010 / Pages : 264

Auteure : Née dans le Sussex en 1961, Kate Mosse fait ses classes au Chichester High School et au New College, d’Oxford. C’est là qu’elle rencontre son futur mari, Greg Mosse. Après avoir obtenu son diplôme, elle travaille pendant sept ans dans l’édition. En 1996, elle publie son premier roman, Eskimo Kissing, suivi en 1998 par Crucifix Lane. De 1998 à 2001, elle occupe le poste de directrice exécutive du Chichester Festival Theatre. Parallèlement, elle poursuit ses recherches pour son nouveau roman. En 2005, elle connait un succès international avec son roman Labyrinthe, une histoire d’aventure se déroulant au Moyen Âge et dans le présent avec pour cadre principal la Cité et la ville de Carcassonne où elle réside également. En 2006, elle remporte un British Book Award pour son livre Labyrinthe dans la catégorie « Richard & Judy’s Best Read ». En octobre 2007, elle publie son dernier roman, Sépulcre.

Synopsis : La Grande Guerre a anéanti une génération tout entière, fauchée à la fleur de l’âge… Dans le cas de Freddie Watson, un jeune Anglais du Sussex, elle lui a pris son frère bien-aimé et, ce faisant, lui a volé la paix de l’esprit. Hanté par cette disparition, il erre sans savoir comment échapper à cette douleur qui le paralyse. Durant l’hiver 1928, Freddie voyage dans le sud-ouest de la France, une autre région qui a vu couler trop de sang au cours des siècles, quand sa voiture quitte la route. Encore sous le choc, il s’enfonce en chancelant dans les bois et trouve refuge dans un village isolé. Là, lors d’une étrange soirée, il rencontre Fabrissa, une belle jeune femme qui pleure elle aussi une génération perdue. Au cours d’une seule et même nuit, Fabrissa et Freddie se confient mutuellement leur histoire. Le lendemain, Freddie se retrouvera devant un mystère déchirant dont lui seul détient la clé.

Mon avis : Ce livre avait tout pour me plaire, et ce dès les premières phrases, dès le premier chapitre. Propulsée dans le sud-ouest de la France, région que je chéris puisque j’y ai vécu six belles années, puis dans une librairie de livres anciens, une petit boutique comme je les affectionne avec une ambiance si particulière, je ne pouvais que me sentir chez moi, totalement à l’aise dès les premières pages de ce roman.

Les phrases me sont apparues simples, fluides, courtes et étonnamment agréables à lire. Le style rapide m’a donné l’impression d’un rythme toujours présent, parfois haletant mais jamais oppressant. Je me suis sentie entraînée avec le personnage principal, Freddie, dans une Ariège hivernale, belle et mystérieuse, parfois ténébreuse. Je n’ai donc jamais eu l’impression de latences, même dans les descriptions (qui sont par définition comme un arrêt sur image, passives) qui se révèlent vivantes et impénétrables, notamment en ce qui concerne le village fictif de Néans.


Ce petit village est d’ailleurs étonnamment captivant et mystérieux, il reflète parfaitement ses habitants, tout aussi captivants, tout aussi mystérieux. Ce petit monde, perdu dans les Pyrénées et empli de secret ne m’a pourtant jamais donnée de frissons. Au contraire j’ai ressenti une énorme tendresse et affection ainsi qu’un intérêt toujours grandissant pour ces habitants et leur village, dès les premiers instants.

J’ai vraiment passé un agréable moment en compagnie de ce roman. Je dois d’ailleurs ajouter que j’ai été ravie d’y trouver des illustrations en noir et blanc dispersées au fil des pages. Elles participent grandement à l’atmosphère de l’histoire et elles m’ont rappelée cette joie que me procuraient les livres pour jeunesse que je lisais petite, toujours parsemés d’illustrations. Elles ont également réveillé ma passion pour le dessin et la peinture au sein de cette autre passion que j’ai pour la lecture.

C’est donc un livre que je recommande, une histoire bien menée, simple, belle et émouvante, au sein d’une région peu connue sous cet angle et teintée de l’histoire bien réelle des derniers cathares…

« Le vieil hiver est de retour
Il tourne et vire sur nos chemins
Sa blanche neige recouvre tout
Le Cers gémit dans les branches des pins »

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Répondre à Alain Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Un sincère merci pour ce nouveau roman « Fantomes d’Hiver ». Excellent. A tout point de vue. Originaire de Carcassonne, retournant à la source de Rennes les bains dès les vacances, je ressens les mots parfaits. De tout coeur.

  2. Non pas du tout, l’histoire se déroule principalement en Ariège (Tarascon et le village fictif de Néans) et un peu à Toulouse (ville où se situe la librairie dans laquelle prend vie l’histoire qui est contée par le personnage principal au propriétaire de cette librairie).