Chienne de vie de Ma Jian

ChienneDeVieMaJianChienne de vie de Ma Jian.
Traduit par Isabelle Bijon.

Broché: 60 pages
Editeur : Actes Sud (10 août 1993)
Collection : Romans Nouvelles et Récits
Langue : Français
ISBN-10: 2868696422
ISBN-13 : 978-2868696427

Présentation de l’éditeur.

Au cours de la révolution culturelle, Monsieur Xu, professeur de dessin, a connu la déchéance et payé d’exclusion son "droitisme". Dix ans ont passé. Le narrateur, son ancien élève, est en route vers celui qui demeure, dans sa mémoire, un maître adulé et haï… Lorsque parurent ses nouvelles "tibétaines", La Mendiante de Shigatze, Ma Jian avait étonné par l’audace et l’efficacité de ses descriptions. Cette fois, c’est la violence de ses aveux qui fascine. À petites touches furtives, parfois coupables jusqu’à la nausée, une confession prend forme. La trahison, la corruption d’un idéal, la profanation que le temps inflige à la pureté des premiers élans – tel est, sous la critique du régime chinois, le véritable sujet de ce livre. Et c’est ici composé avec un sens de « l’impressionnisme » narratif qui révèle un écrivain dans le plein éclat de son talent

Mon commentaire.

En lisant cet opuscule, je repense à mon ami Xia, artiste peintre qui dirige une académie de peinture à Hangzhou. Il m’avait proposé un jour de photographier les étudiants en train d’effectuer leurs travaux en salle de cours.

L’école se tenait au second étage d’un vieil immeuble au centre de la ville. Environ vingt élèves étaient répartis devant autant de pupitres installés face aux murs. Au centre des classe de niveaux différents se tenait le professeur. Il possédait en sa voix, en son œil, en son comportement la fierté de transmettre son savoir.
Ma Jian, un élève parmi d’autre, possède lui la fierté d’avoir été le disciple d’un homme capable de réaliser des œuvres « somptueuses » à ses yeux d’étudiant.
Bien que la situation politique ait bafoué les qualités des artistes tel que ce maître Xu, Ma Jian continuera à le placer haut dans son estime.

Il y a eut beaucoup de pertes humaines relativement difficiles à dénombrer au vu de l’amoncellement des corps sacrifiés au cours des événements cités dans le livre de Wang Youquin « les victimes de la Révolution Culturelle ».
Il y a eut énormément de pertes culturelles humaines et matérielles, impossibles à évaluer mais facilement identifiables lorsque des témoins directs comme Sheng Yi, osent dénoncer les faits qu’ils ont eux-mêmes vécus.

Ma Jian écrit avec la juste valeur des mots. Et dans cet esprit là, point trop n’en faut pour piquer juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.