Le confident de Hélène Grémillon

Camille vient de perdre sa mère. Sous le choc, elle reçoit les lettres de condoléances sans même les ouvrir. Jusqu’à ce qu’elle reçoive une lettre pas comme les autres, une lettre non signée qui raconte une histoire. Elle croit d’abord à une erreur, mais chaque semaine une nouvelle lettre arrive, racontant la suite de l’histoire. Une histoire à laquelle elle n’est visiblement pas étrangère.

 

Le confident est un des romans les plus originaux et touchant que j’ai pu lire. Je peux même dire que ça faisait bien longtemps qu’un livre ne m’avait pas happé à ce point, à tel point que je l’ai fini en pleine nuit, incapable de m’arrêter, me privant d’une bonne nuit de sommeil mais me transportant vraiment dans une autre vie, à une autre époque. Cette histoire dans l’histoire, sorte de saga familiale sur fond historique, intégrant un suspense psychologique propre aux drames et secrets familliaux et des personnages forts et attachants m’a pleinement convaincue.
La construction du livre est pour beaucoup dans cette originalité : on découvre les points de vue de trois différents personnages : d’abord Camille, qui ouvre une lettre écrite par un homme, qui a lui-même retranscris les propos d’une femme. Cela pourrait sembler brouillon mais non, on ne s’y perd pas, ce premier roman d’Hélène Grémillon est vraiment bien écrit. La forme des lettres nous permet de découvrir la « vérité » au fur et à mesure de la lecture de Camille, en même temps qu’elle. Le suspense est ainsi formidablement bien entretenu, atteignant l’apothéose dans une révélation finale à mots couverts, presque à deviner.
Un livre à lire à toute heure, à tout moment, en faisant attention à chaque mot, chaque détail…

Merci à Livraddict et à Folio de m’avoir offert cette formidable lecture.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.