Les vieilles de Pascale Gautier

Regards sur des vies et des fins de vie, par des petites vieilles blasées : une portée sur le porto, une bigote, une tout juste retraitée, une sourde, une encore bien portée sur la chose… sans oublier un petit vieux « auréolé de gloire dans son short bleu », marathonien et séducteur de ces dames.

Quand j’ai postulé pour ce partenariat, c’est le titre et la couverture du livre qui m’ont attirés… Cette vieille dame malicieuse en photo m’en promettait de belles. Et je n’ai pas été déçue. Loin d’être un chef d’œuvre d’écriture, c’est à mon sens l’un des livres les plus originaux de la littérature française de ces dernières années. L’impertinence et l’ironie portée par Pascale Gautier sur ces petites vieilles qui peuplent une ville entière (Le Trou, on n’aurait pas trouvé mieux) sont politiquement incorrectes, et à la fois contrebalancées par le regard et les propos même des ces vieilles, attachantes vipères lassées de la vie, de leurs enfants, critiques à tous égards et attendant la fin du monde approchant à cause (ou grâce ??) d’une astéroïde s’apprêtant à frapper la Terre.
Je ne connaissais pas Pascale Gautier auparavant, mais j’ai plutôt été charmée par son style humoristique et caustique, mais pas dénuée de profondeur et d’intérêt. Ce n’est pas de la moquerie gratuite, mais un regard sur une partie de la population, les seniors, qu’on ne se risque plus trop à appeler « les vieux ».
Seuls regrets, on se perd un peu parmi tous ces noms de petites vieilles, j’ai eu parfois du mal à passer d’un chapitre à l’autre et à retrouver le bon personnage ! La fin est peut-être un peu rapide aussi. mais la lecture n’en est pas gâchée, ça vaut le coup de faire un détour par Le Trou !

Merci à Livraddict et Folio de m’avoir permis de découvrir ce livre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.