Le Carnaval aux Corbeaux d’Anthelme Hauchecorne

En 2016, Le carnaval aux corbeaux a été ma friandise d’Halloween. Il faut dire qu’Halloween, c’est ma fête préférée, alors lire un bon livre le 31 octobre est primordial pour moi.  C’est à chaque fois une vraie mission de dénicher LE livre qui collera le mieux avec l’ambiance à la fois festive et inquiétante de Samhain. Ce livre possède à cet égard un atout de taille : une superbe couverture arborant des corbeaux noirs  ainsi que des citrouilles (qui semblent avoir figure humaine, et du coup nous mettent un peu la pétoche). Et son charme ne s’arrête pas à la couverture, loin de là ; puisque l’histoire est tout aussi étrange, et plutôt sombre : mystérieuse à souhait.

Après m’être totalement jetée sur ce livre, je n’ai pas été déçue, puisque j’ai beaucoup aimé les personnages, notamment Ludwig, le personnage principal, dont j’ai suivi les aventures avec grand plaisir (ainsi que celles de son meilleur ami, dont j’ai oublié le nom). J’ai adoré l’ambiance de Rabenheim, un village isolé et un peu fantasmagorique. Même les personnages secondaires étaient très soignés. La promesse de l’éclaircissement de certains mystères dans la vie du personnage principal a largement suffi à me tenir en haleine, à me donner envie de tourner les pages et d’avancer dans ma lecture le plus vite possible !

L’Abracadabrantesque Carnaval, celui qui au début de l’histoire doit s’installer prochainement, dont on ne sait rien mais qui est source de toutes les angoisses, cette menace pesant sur les épaules de Ludwig, m’a paru être un personnage à lui seul (avant même qu’on ne fasse connaissance avec les individus qui le peuplent, je veux dire).  C’est un élément qui de mon point de vue est très positif aussi.

Je dois quand même préciser que j’ai mis du temps à lire ce livre (peut-être 4 ou 5 jours) parce qu’il nécessite une réelle immersion ; d’ailleurs il me laisse un souvenir très fort même des mois après l’avoir refermé.

En bref, ce livre est un petit bijou : l’écriture de l’auteur est unique, poétique, vraiment intéressante à découvrir. Et les illustrations qui agrémentent le texte sont superbes, ce qui ne gâche rien. A marier avec un visionnage du film Trick’r’Treat, et vous passerez un 31 octobre de rêve !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.