La route de Cormac McCarthy

Résumé :
«  L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage ? »

Avis :
Ce roman de Cormac MacCarthy fait pour moi partie de ces récits dont la lecture ne laisse pas le lecteur indemne.

Avec en arrière fond la description d’un paysage dévasté, suite à un événement apocalyptique qui a détruit toute vie sur terre, hormis quelques survivants fouillant dans les décombres à la recherche des restes d’un monde à jamais disparu, l’auteur nous livre à la fois le côté le plus sombre de l’être humain, mais aussi le plus beau et le plus touchant.

Face à une catastrophe dont l’auteur n’explique pas la cause mais s’attache uniquement aux conséquences, des êtres ont perdu toute humanité et ont atteint le seuil de barbarie ultime en se livrant au cannibalisme. La violence et les atrocités commises par ces bandes de barbares, couplée à une description cauchemardesque d’un monde sans vie, sans couleur et sans bruit rend la lecture de ce roman extrêmement pesante.

Mais au milieu de toutes ces horreurs, un homme marche sur la route en tenant très fort dans la sienne la main d’un enfant. Il s’agit d’un père qui s’est juré de protéger son fils et ce, à n’importe quel prix. Cet amour paternel, d’une intensité bouleversante, est présent dans chaque page et donne au récit une lueur d’espoir. Le fait que les personnages ne soient pas nommés, mais uniquement décrit comme « l’homme » et « l’enfant », permet d’autant plus au lecteur de s’identifier à eux.

Le style de Cormac MacCarthy est simple, épuré et renforce la signification  de certains  mots comme le mot « papa », qui apparaît parfois au sein d’un dialogue et qui fait encore plus ressentir l’aspect tragique de la situation.

Ce livre, que je relu à deux reprises depuis,  m’a énormément touché et amène de nombreuses réflexions, dont celle-ci : comment réagirions-nous, confrontés à une telle situation ?

J’ai été agréablement surprise par l’adaptation cinématographique, réalisée avec la collaboration de l’auteur. Le film est fidèle au récit, les paysages sont identiques à ceux que j’avais imaginé en lisant le livre, et les acteurs choisis sont tout simplement époustouflants.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. j’ai adoré ce livre ….. meme si il nous met la tete a l’envers , maintenant nous sommes prevenus de ce qui nous attend !!! Personne ne peut rester insensible a ce livre , j’ai meme pleurer en le lisant , l’atmosphere est pressante et oppressante , Soit on l’aime soit on le deteste . J’ai vu le film , je n’ai pas ete deçue , il est tres fidele au livre .

  2. C’est un immense coup de coeur (et coup de poing) pour moi… Et au vu de l’émotion ressentie au cours de cette lecture, je suis totalement incapable de franchir le pas et de regarder le film… pour le moment en tous cas !

  3. J’avais commencé à le lire puis je l’ai mis de côté pour des lectures plus légères. Il faut donc que j’y revienne car je veux vraiment le lire celui là. J’avais trouvé l’atmosphère oppressante

    Merci pour cet avis